•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Système de paye Phénix : « inacceptable », estime le Sénat

Le système de paye du gouvernement fédéral canadien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans son rapport sur l'échec du système de paye Phénix et ses impacts sur les Canadiens, rendu public mardi, le Sénat qualifie d'« inacceptables » les « difficultés imposées à des milliers de fonctionnaires » et propose cinq recommandations pour régler les ratés.

Un texte d'Agnès Chapsal

Au lieu d’économiser 70 millions de dollars par an grâce à la centralisation des opérations de la paye, le gouvernement devra assumer des dépenses imprévues de quelque 2,2 milliards de dollars, indique ce rapport intitulé Le problème de paye Phénix : ensemble pour une solution.

Sa mise en œuvre précipitée et sa défaillance ont entraîné des erreurs dans la paye d’environ 152 000 fonctionnaires, coûtant ainsi près de 1 milliard de dollars aux contribuables canadiens, et on s’attend à ce que ces coûts passent au-delà de 2 milliards de dollars d’ici 2023.

Percy Mockler, sénateur du Nouveau-Brunswick

En juin dernier, le rapport du contrôleur général du Canada a estimé que le système avait déjà coûté plus de 1 milliard de dollars aux contribuables et que le gouvernement pourrait encore y engouffrer 500 millions de dollars par année jusqu'à ce qu'il soit réparé.

Les ressources déployées pour pallier ses ratés ont coûté au moins 50 millions pour l’année financière 2016-2017.

Au total, 12 sénateurs se sont penchés sur le système de paye Phénix pour élaborer le rapport.

Le comité a tenu 8 réunions au cours desquelles il a entendu 28 témoins, dont le vérificateur général du Canada, des représentants syndicaux, des hauts fonctionnaires, des responsables d'IBM ainsi que le greffier du Conseil privé.

Le comité s'est également rendu au Centre des services de paye de la fonction publique à Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

Cinq recommandations

  1. Le gouvernement doit soutenir ses employés en déterminant l’ordre de priorité pour le traitement des demandes de paye en suspens et en établissant des cibles concernant le délai de traitement de ces demandes.
  2. Le gouvernement devrait aussi évaluer si les conseillers en rémunération et les employés des ressources humaines sont en nombre suffisant et adéquatement formés.
  3. Afin d’assurer une reddition de comptes et une transparence constantes, le gouvernement devrait faire rapport tous les ans sur les coûts associés à Phénix.
  4. À moyen terme, le gouvernement devrait examiner si d’autres solutions conviendraient mieux aux ministères présentant des besoins complexes au chapitre de la rémunération (comme le travail par quarts), plutôt qu’un système de paye centralisé.
  5. À long terme, le gouvernement devrait expliquer au Parlement les options envisagées pour remplacer Phénix, leurs coûts et les mesures prévues afin de ne pas reproduire les ratés de Phénix.

Des fonctionnaires trop payés

Les sénateurs concluent que 51 000 fonctionnaires ont été sous-payés pour un montant dû de 228 millions de dollars. Inversement, ce sont 59 000 fonctionnaires qui ont été trop payés et qui désormais doivent 295 millions de dollars à l'État.

De plus, les sénateurs soulignent qu'il « existe un problème fondamental dans la culture organisationnelle, qu’il est impératif de régler ». Le sénateur indépendant André Pratte assure que « le comité est consterné que personne n’ait assumé la responsabilité de Phénix et que personne n’ait été tenu responsable de cette débâcle ».

« Les conséquences de cet échec sont considérables et continueront de se faire sentir », conclut le rapport.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale