•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La fièvre du tennis débarque à Montréal

    Un tableau représentant le jeu de paume à la cour des rois de France.
    Le jeu de paume a inspiré le tennis d'aujourd'hui. Photo: Radio-Canada / Reportage de l'émission Jeunesse oblige du 21 octobre 1966
    Radio-Canada

    Du 3 au 12 août 2018, la Coupe Rogers accueille à Montréal les plus grandes joueuses du monde. Depuis de nombreuses décennies, les Québécois se passionnent pour ce sport qui prend racine dans la France monarchique. Découvrez les origines du tennis et le rayonnement que connaît le tournoi montréalais.

    Le jeu de paume s’anglicise

    Le tennis doit ses règles et son équipement à son ancêtre, le jeu de paume. À l’origine développé à la cour des rois de France, le sport se jouait à l’intérieur.

    Et le nom? Il découle du fait qu’à chaque service, les joueurs criaient « Tenez! » afin de déstabiliser leur adversaire. En Angleterre, où le jeu deviendra très populaire, le mot se déforme pour devenir « tennis ».

    C’est justement en Grande-Bretagne que le sport tel qu’on le connaît de nos jours apparaît en 1873. Il se joue alors en plein air, sur du gazon.

    Cinq ans plus tard, en 1877, le premier tournoi de tennis est tenu à Wimbledon, en banlieue de Londres.

    L’animateur Richard Garneau évoque les origines du sport à l’émission Jeunesse oblige du 21 octobre 1966. Il s’entretient également avec le champion canadien Robert Bédard, qui raconte son parcours professionnel de joueur de tennis.

    Jeunesse oblige, 21 octobre 1966

    Pour Robert Bédard, le tennis au Québec et au Canada est en expansion grâce à un calibre qui ne cesse de s’améliorer. Le joueur remarque également un engouement grandissant pour le sport au sein de la population.

    Et il n’a pas tort.

    Les Internationaux de Montréal

    La fièvre du tennis s’est emparée de Montréal avec la présentation du plus important tournoi international à jamais se tenir au Québec.

    Michèle Viroly, lectrice du Téléjournal

    En 1983, Tennis Canada organise une nouvelle édition des internationaux de tennis de Montréal, un tournoi de calibre mondial qui réunit les meilleurs joueurs au monde.

    Il s’agit du troisième tournoi en matière de longévité après Wimbledon et l’US Open. Le premier tournoi, bien qu’amateur, remonte à 1881 pour les hommes et 1892 pour les femmes.

    En 1983, l’événement prend une telle envergure que la chaîne américaine CBS retransmet les images des matchs sur les écrans de télévision aux États-Unis. Cela ajoute des millions de spectateurs aux milliers qui y assistent en direct.

    Le journaliste Claude Desbiens explique au Téléjournal du 13 août 1983 les nombreuses raisons qui poussent les plus grands noms du tennis à participer.

    D’abord, il s’agit d’une excellente préparation pour les joueurs en vue du tournoi de Flushing Meadows aux États-Unis. Il y a aussi des bourses attrayantes pour les vainqueurs.

    Mais c’est surtout l’engouement des Montréalais et leur forte fréquentation aux joutes qui font de cette rencontre sportive un tel succès.

    Téléjournal, 13 août 1983

    À l’époque, les Canadiens ne se distinguaient pas dans les tournois internationaux. Ils manquaient de « hargne » comme l’explique François Godbout, ancien membre de la Coupe Davis du Canada.

    Quelques décennies plus tard, c’est mission accomplie, alors qu’on retrouve Milos Raonic, Denis Shapovalov, Vasek Pospisil, Eugénie Bouchard et plusieurs autres au rang des grands.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Sports