•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Route des brasseurs en Mauricie : le torchon brûle à cause de l’absence du Trou du diable

Une douzaine de verres remplis de diverses bières artisanales.

Des bières artisanales.

Photo : Getty Images / Eddie Hernandez Photography

Radio-Canada

Critiqués par plusieurs élus et entrepreneurs dans les derniers jours, les créateurs de la Route des brasseurs de la Mauricie renvoient la balle à Molson-Coors pour expliquer l'exclusion de la microbrasserie Le Trou du diable de Shawinigan.

Molson-Coors, qui a récemment fait l’acquisition de la microbrasserie Le Trou du Diable, n’aurait pas souhaité que sa récente acquisition fasse partie du circuit de la Route des brasseurs de la Mauricie.

Le Regroupement des microbrasseries de la Mauricie, qui est l’instigateur de la Route des brasseurs, a rapporté avoir tenté de négocier avec Molson-Coors pendant cinq mois pour inclure le Trou du diable dans le circuit touristique. L’entreprise n’aurait jamais répondu aux demandes du Regroupement.

On est encore ouvert à négocier avec Molson-Coors, mais ils refusent de s’asseoir à table, a déclaré Alex Dorval, président du Regroupement des microbrasseries de la Mauricie. Ça commence à faire preuve de mauvaise foi.

Le regroupement a aussi souligné que, selon lui, Molson-Coors exclut en permanence nos microbrasseries dans plusieurs restos-bars, chez des détaillants, dans les salles de spectacle, les complexes sportifs et les événements et festivals de la région dans des ententes d’exclusivité.

La présence du Trou du diable demandée à Shawinigan

Le directeur des opérations du Trou du diable, Isaac Tremblay, dit souhaiter un retour à la table des négociations pour régler la situation. « Je pense que tout ce qui manque, c'est peut-être seulement de se rasseoir, de reprendre là où étaient les discussions au mois d'avril », a-t-il plaidé.

M. Tremblay précise qu'un médiateur avait alors été proposé et estime qu'avec l'aide d'un intervenant neutre, il serait possible de trouver un terrain d'entente. « Je considère [que le projet] serait complet avec tous les brasseurs de la région », a-t-il lancé.

Pour sa part, la conseillère municipale de Shawinigan Nancy Déziel s'explique toujours mal l'approche des personnes derrière la Route des Brasseurs. « L'idée, ce n'est pas de ségréguer et de dimensionner certaines entreprises, a-t-elle plaidé, c'est d'avoir une route qui attire des gens, des touristes et on devrait célébrer nos leaders au lieu de les exclure. »

Douze microbrasseries regroupées en un circuit régional

L’annonce du circuit touristique brassicole a eu lieu la semaine dernière. Douze microbrasseries ont été choisies pour faire partie du projet, de Bécancour à La Tuque. Le microbrasserie le Trou du diable n’a pas été retenue.

La semaine dernière, l’un des fondateurs du Trou du diable, Isaac Tremblay, était présent au lancement de la Route des brasseurs. Il avait déclaré :Ça ne me fait pas grand-chose [de ne pas faire partie de La Route des brasseurs] parce que c'est quelque chose avec lequel on va être appelé à collaborer.

Le Regroupement des microbrasseries de la région a reçu 80 000 $ pour mettre sur pied la Route des brasseurs de la Mauricie.

Le Regroupement travaille présentement sur le site web et sur une programmation d'activités pour l'automne et l'hiver. Il y a dans les plans le projet de concocter une bière collaborative avec les microbrasseries de la Route des brasseurs.

Mauricie et Centre du Québec

Tourisme