•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les installations de Tata Steel toujours paralysées près de Schefferville

Des manifestants innus campent aux abords des installations de Tata Steel près de Schefferville.

Des manifestants innus campent aux abords des installations de Tata Steel, près de Schefferville.

Photo : courtoisie : manifestant anonyme

Radio-Canada

Des Innus de Matimekush-Lac-John bloquent toujours l'accès aux installations de la société minière Tata Steel, près de Schefferville. Toutes les opérations sont paralysées depuis jeudi soir.

Une trentaine de manifestants ont posé leur bivouac près des installations de la minière et les travailleurs sont progressivement retournés à leur domicile sur des vols nolisés ou par le train de Transport ferroviaire Tshiuetin.

Selon le porte-parole de Tata Steel, Armand MacKenzie, des centaines d'employés locaux et de l'extérieur ont quitté le site.

Armand MacKenzie est vice-président affaires intergouvernementales et affaires publiques de Tata Steel.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Armand MacKenzie, vice-président affaires intergouvernementales et affaires publiques de Tata Steel.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle Plamondon

Des rencontres ont eu lieu lundi et mardi entre les représentants de la minière et des membres du conseil de bande.

Aucune avancée n'a été réalisée lundi, selon le porte-parole de Tata Steel, alors que les discussions se poursuivent.

Train transportant le minerai de Tata Steel à Schefferville.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Train transportant le minerai de Tata Steel à Schefferville

Photo : Radio-Canada / Charles-Alexandre Tisseyre

Pour sa part, le chef innu Tshani Ambroise affirme que certaines questions environnementales ont été résolues.

Il exige toutefois des engagements écrits de Tata Steel avant de lever la barricade.

Les Innus de Matimekush-Lac-John réclament un meilleur contrôle environnemental de la part de la société minière, mais aussi le paiement de redevances.

Ils revendiquent également une hausse du nombre d'emplois pour les membres de la communauté.

Un appui de Uashat Maliotenam

Le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie, appuie la mise en place de la barricade au site de Tata Steel.

Selon lui, il s'agit d'un autre exemple d'entente incomplète où les Innus n'ont pas les mêmes avantages que les autres populations du territoire en développement.

On a des ententes qui ne sont pas respectées, en matière environnementale, en matière d'emploi, en matière d'opportunités d'affaires, affirme Mike McKenzie. Ce qui fait que je suis quand même en appui par rapport à nos confrères qui ferment le chantier actuellement. 

Mike McKenzie, chef innu de Uashat-Maliotenam.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mike McKenzie, chef innu de Uashat Maliotenam.

Photo : Radio-Canada / Louis Garneau

Le chef de Uashat-Maliotenam fait aussi valoir qu’une part importante des travailleurs de la mine de Tata Steel près de Schefferville proviennent du Labrador.

Avec les informations de Jean-Louis Bordeleau et Louis Garneau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Politique autochtone