•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La construction d'une future station du REM inquiète les élus de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce

La gare Canora

La future station du REM à la gare Canora devrait être inaugurée en 2022.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les élus de l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ont demandé à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) de revoir sa copie concernant les travaux pour la future station au Réseau express métropolitain (REM) censée traverser leur secteur. L'arrondissement a temporairement bloqué l'émission d'un permis de construction.

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre)

Cet été, la CDPQ Infra – une filiale de la Caisse de dépôt créée pour gérer les projets d’infrastructure – et NouvLR, le consortium chargé de construire les stations du REM, comptaient lancer les travaux pour la mise en fonction de cette future ligne de train électrique, qui comptera 26 arrêts.

Alors qu’un premier chantier a démarré fin juillet à la station de métro Édouard-Montpetit, près de l’Université de Montréal, celui qui est situé à la limite de Mont-Royal et de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce connaît quelques difficultés.

En cause, le passage des camions envisagé par la CDPQ Infra et NouvLR pendant toute la durée de ce chantier, prévu jusqu’en 2022, devant l’actuelle station Canora, desservie par la ligne Deux-Montagnes.

« On est inquiet et on veut s’assurer que la population ne sera pas mise en danger », résume Catherine Lavarenne, attachée politique de la mairesse Sue Montgomery.

Selon une présentation faite aux élus avant l’été, ces camions effectueraient une boucle en passant par la rue Jean-Talon Ouest, avant d’emprunter l’avenue Glencoe, une rue résidentielle collée à l’école secondaire Mont-Royal.

Par cette voie, ils rejoindraient ensuite la rue Dunkirk, où se dérouleront les travaux de construction.

Dans les prochaines semaines, une dizaine de camions devrait effectuer ce trajet quotidiennement. À partir de l’automne, « quand les travaux vont s’intensifier », environ 20 camions sont attendus chaque jour, explique la CDPQ Infra.

« Il y a un vrai enjeu de sécurité pour les enfants, souligne le conseiller de Darlington, Lionel Perez. Même si l’on comprend que les camions doivent arriver, on est très mal à l’aise. Passer devant une école, pour nous, c’est un non-sens. C’est dangereux. »

« Il y a des enfants, des bus scolaires et c’est ultra résidentiel. C’est très préoccupant. Ça va créer beaucoup d’impacts pour les citoyens. »

— Une citation de  Lionel Perez, conseiller municipal du district Darlington

À la vue de ce projet, l’arrondissement a décidé de refuser d’accorder le permis permettant de lancer les travaux.

« On veut qu’ils trouvent une autre solution, même si, on en est conscient, la solution miracle n’existe pas. Mais il faut trouver la solution la moins pire, car ça va être un moment difficile à passer », ajoute Catherine Lavarenne.

Cette dernière précise qu’une réunion est prévue mardi sur ce sujet, entre des représentants de la CDPQ Infra, de NouvLR, de l’arrondissement et de la Ville de Montréal.

Un panneau
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une partie du quai de la station Canora est déjà fermée.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Toutes les mesures de sécurité seront prises, promet CDPQ Infra

Du côté des constructeurs, on tente de calmer le jeu. Précisant qu’une rencontre avait déjà été organisée avec la direction de l’école secondaire, Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de la CDPQ Infra, promet que toutes les mesures de sécurité seront prises.

« Il y aura des intervenants sur le terrain, détaille-t-il. On va voir toutes les options avec la Ville de Montréal, car ce qui nous importe, c’est de faire ce chantier de manière sécuritaire. »

Par ailleurs, la CDPQ Infra et NouvLR ont déjà revu l’un des points qui ont fait sourciller les élus de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Dans un premier temps, la création d’une route réservée aux camions, au milieu du parc Dunkerque, collé à rue Jean-Talon Ouest, avait été envisagée.

Finalement, ces véhicules utiliseront uniquement la partie est de cet espace vert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !