•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections au Québec : nombre record de partis politiques autorisés en 45 ans

Une main dépose un bulletin de vote dans une urne.
Élections 2018 : record de partis politiques autorisés en 45 ans. Photo: iStock
La Presse canadienne

À deux mois de l'élection provinciale au Québec, les aspirants députés se bousculent pour faire campagne. Pas moins de 20 partis autorisés ont été enregistrés par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), un nouveau record.

En date de lundi, le portail du DGEQ comptait en effet 20 partis politiques enregistrés en vue de l'élection d'octobre. Une 21e formation pourrait obtenir son accréditation au cours des prochaines semaines, étant donné que le Parti des sans-droits se trouve en attente d'autorisation.

Jamais, dans l'histoire récente du Québec, on n'a atteint la vingtaine de partis.

Lors des élections générales de 2012 et de 2014, le total de 18 partis inscrits constituait déjà un record depuis 1973, année à laquelle remontent les données disponibles du DGEQ. Cela exclut toutefois les partis enregistrés qui n'auraient présenté aucun candidat lors du scrutin.

D'ici la fin de la période de mise en candidature, le nombre de partis inscrits pourrait encore augmenter, puisque 17 autres noms ont été réservés auprès du DGEQ.

Vérifications nécessaires

Chez le DGEQ, on confirme qu'il n'y a pas de date limite pour déposer une demande d'autorisation pour un parti politique, mais le processus de vérification nécessite tout de même un certain temps.

Parmi les documents à fournir afin de créer un parti, il faut présenter une liste de 100 membres qui appuient son autorisation.

« Nous, on doit faire des vérifications pour s'assurer qu'il y a effectivement 100 personnes. On fait des téléphones, ça peut aller rapidement ou moins rapidement. Si on a du mal, on peut demander de fournir d'autres noms », explique la porte-parole du DGEQ, Julie St-Arnaud Drolet.

Comme la loi électorale prévoit que la période de mise en candidature dure deux semaines, celle-ci se terminera le 15 septembre prochain. « Donc, en soi, cela devient un échéancier », souligne Mme St-Arnaud Drolet.

Cette tendance à la hausse du nombre de partis entraîne une légère hausse de la charge de travail du côté du DGEQ, mais rien qui puisse nuire au processus électoral.

L'autorisation des partis, ça mobilise nos équipes. Lorsque l'élection est lancée, la création des bulletins peut prendre plus de temps. Après l'élection, plus il y a de partis, plus il y a de rapports à vérifier.

Julie St-Arnaud Drolet, porte-parole du DGEQ

« On offre aussi du soutien aux représentants officiels et aux agents officiels des partis pour s'assurer que la loi est connue, comprise et appliquée », ajoute la porte-parole.

Parmi les partis enregistrés, on compte évidemment la Coalition avenir Québec, le Parti libéral du Québec, le Parti québécois et Québec solidaire, qui sont les plus connus. On peut aussi ajouter des noms familiers comme le Parti vert du Québec, le Bloc pot, le Parti conservateur du Québec ou encore le Nouveau Parti démocratique du Québec.

Les autres partis officiellement inscrits sont : l'Alliance provinciale du Québec, Changement intégrité pour notre Québec, Citoyens au pouvoir du Québec, Équipe autonomiste, le Parti culinaire du Québec, le Parti équitable, le Parti libre, le Parti marxiste-léniniste du Québec, le Parti nul, le Parti 51, Québec cosmopolitain et Québec en marche.

Une tendance occidentale

D'après Louis Massicotte, professeur du Département de science politique de l'Université Laval, le phénomène de multiplication des partis est présent dans beaucoup de pays occidentaux. « On observe que le vote est plus fragmenté qu'avant. Il y a plus de partis politiques et c'est beaucoup plus difficile d'obtenir 50 % du vote », souligne-t-il.

Au Québec, c'est la disparition graduelle de la question indépendantiste qui favorise l'émergence de nouveaux partis à l'Assemblée nationale et dans les campagnes électorales.

Louis Massicotte estime que la Loi sur la clarté référendaire a « calmé le jeu » et que « le peu de réactions qu'elle a suscitées a confirmé que les Québécois étaient plus fédéralistes qu'on pensait ».

« Il y a pas mal de gens dans la coalition indépendantiste qui ont retiré leurs billes. Ceux qui étaient plus conservateurs sont allés du côté de l'ADQ ou de la CAQ et ceux qui étaient plus socialistes sont allés du côté de Québec solidaire », analyse le politologue.

L'émergence de nouveaux enjeux et la complexité de la société actuelle favoriseraient aussi la création de partis qui visent des microclientèles un peu partout en Occident.

« On voit des partis de retraités dans les Pays-Bas, des partis régionalistes dans certains pays. Je pense qu'il y a de plus en plus de microclientèles, mais notre système électoral ne favorise pas beaucoup cette multiplication-là », explique-t-il.

Cette multiplication des formations politiques ne semble cependant pas soulever l'enthousiasme des électeurs, alors que les Québécois boudent les urnes.

Plus il y a de partis, moins les gens votent. Si vous regardez les tendances, il y a de moins en moins de gens qui votent et il y a de plus en plus de partis au Parlement. Ça prouve simplement que la société est devenue beaucoup plus complexe et que le combat politique ne peut pas se réduire à quelque chose de binaire.

Louis Massicotte, prof. Département de science politique à l'Université Laval

Quelques partis politiques originaux

  • Parti culinaire du Québec : Chef en cuisine comme en politique, Jean-Louis Thémistocle dirige officiellement ce parti dont la page Facebook rassemble 235 adeptes. La formation se dit favorable à la « gastronocratie  », « où la gastronomie dicte les choix de l'État ».
  • Parti 51 : Un avocat de la Beauce, Hans Mercier, ressuscite ce parti qui a connu une existence éphémère à la fin des années 1980. L'objectif de cette formation politique est de faire du Québec le 51e État des États-Unis. Selon le site web officiel du parti, M. Mercier souhaite être candidat dans la circonscription de Beauce-Sud.
  • Parti libre : À l'origine, il s'agit d'une formation politique municipale de Saint-Sauveur. Le parti dirigé par Michel Leclerc, alias Capitaine Chiron, saute maintenant dans l'arène provinciale. Le chef désire « libérer les consciences », d'après ce qu'on peut lire dans les diverses publications en ligne du parti.
  • Citoyens au pouvoir du Québec : Après avoir brigué les suffrages sous le nom de Coalition pour la constituante, la formation a pris le nom de Parti des sans-parti, puis de Sans parti – Citoyens constituants. Finalement, c'est sous l'appellation Citoyens au pouvoir du Québec qu'on la retrouve en 2018. Peu importe le nom, l'objectif demeure de doter le Québec de sa propre constitution rédigée par les citoyens.

Politique provinciale

Politique