•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

38,5 M$ pour poursuivre la modernisation de l'usine Uniboard de Val-d'Or

L'annonce a eu lieu en présence des députés Guy Bourgeois et Luc Blanchette.
L'annonce a eu lieu en présence des députés Guy Bourgeois et Luc Blanchette. Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies
Radio-Canada

Les gouvernements du Québec et du Canada consentent des prêts et une contribution financière totalisant près de 20 millions de dollars à l'usine Uniboard de Val-d'Or, qui investira 38,5 millions de dollars pour poursuivre la modernisation de ses installations.

Un texte de Thomas Deshaies

L'entreprise modernisera la chaîne de production de son usine de panneaux de particules de bois. Près de 100 millions de dollars ont déjà été investis depuis 2015.

Appuis des gouvernements :

  • Gouvernement du Canada : prêt de 5 millions de dollars et contribution financière de 4,9 millions de dollars
  • Gouvernement du Québec : prêt de 10 millions de dollars

Le directeur régional d'Uniboard, Sylvain Côté, explique qu'il s'agit d'une nouvelle étape afin de rendre l'usine encore plus compétitive. Les équipements qui sont à l'intérieur de l'usine ont 40 ans. On va passer par une préparation "sec" nouvelle, pour éventuellement changer les autres équipements qui sont à l'intérieur de l'usine, souligne-t-il.

Notre but, c'est de rester ici. On a confiance en cette usine.

Sylvain Côté, directeur régional d'Uniboard

Selon M. Côté, il n'est pas si facile de percer certains marchés à l'international. Il y a beaucoup de nouvelles installations en préparation aux États-Unis. Notre désavantage, c'est d'être loin des marchés. Il faut vraiment être compétitif pour aller jouer dans ces marchés, constate-t-il.

Consolider des emplois

Les gouvernements du Québec et du Canada souhaitent, par leur implication, consolider les emplois existants.

On parle de tout près de 200 travailleurs. C'est très bénéfique de faire en sorte que cette industrie soit viable sur le marché international, souligne le député fédéral d'Argenteuil-La Petite-Nation, Stéphane Lauzon.

Luc Blanchette, ministre responsable de la région d'Abitibi-TémiscamingueLuc Blanchette, ministre responsable de la région d'Abitibi-Témiscamingue Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le salaire moyen est de plus de 65 000 $, donc de consolider cela pour la région valdorienne, c'est essentiel, c'est majeur. Imaginez s'il fallait qu'on perde tout cela, l'impact sur les commerces à Val-d'Or, ce serait terrible, affirme le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette.

Le ministre estime que l'industrie forestière se porte bien, malgré les visées protectionnistes des États-Unis. Entre 2016 et 2017, il y a eu 1200 emplois créés. La dernière crise, on avait perdu 30 000 emplois, donc on est dans la bonne situation. Preuve qu'il y a une bonne diversification en première, deuxième et troisième transformations et une consolidation dans la première transformation.

Ça nous prend cette base manufacturière pour consolider toute la deuxième et troisième. Uniboard fait partie des entreprises solides qui contribuent à cet essor.

Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Le syndicat accueille favorablement la nouvelle

Le président du syndicat, Dany Lauzon, accueille favorablement cette annonce. S'ils investissent, c'est parce qu'ils veulent que l'usine roule longtemps encore, se réjouit-il.

Il espère que cette situation permettra d'améliorer les conditions de travail de ses membres, alors que la convention collective est présentement en négociation. Aux dernières négos, on était sur le point de fermer s'il n'y avait pas de modernisation de la préparation "sec", on a fait beaucoup de sacrifices dans la précédente convention, donc c'est sûr qu'il y a un rattrapage à faire de ce côté, explique-t-il.

On veut travailler à rattraper les pertes qu'on a eues.

Dany Lauzon, président du syndicat d'Uniboard

Abitibi–Témiscamingue

Industrie forestière