•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu de forêt Parry Sound 33 : alerte d'évacuation à Alban

Un incendie de forêt vu d’un rétroviseur.

La municipalité de la Rivière des Français surveille de près le feu Parry Sound 33, qui pourrait forcer l'évacuation de plusieurs résidents.

Photo : Facebook/publication Ontario FireRangers

Radio-Canada

À la recommandation du ministère des Richesses naturelles et des Forêts, la municipalité de Rivière des Français a émis lundi soir une alerte d'évacuation pour le secteur d'Alban, plus précisément pour la zone à ouest des lignes à haute tension.

Les autorités demandent à la population de se préparer à partir si l’ordre d’évacuation est donné.

La communauté est menacée par le feu Parry Sound 33, qui couvre près de 9000 hectares.

Alban compte environ 1000 habitants.

Des centres d’évacuations seront ouverts dans la municipalité de Nipissing Ouest pour ceux qui ne peuvent pas trouver refuge chez un proche.

La Transcanadienne menacée par le feu

La route 69, qui relie Toronto au Nord de l'Ontario, est sous surveillance alors que l'incendie n'est plus qu'à six kilomètres de cette voie d'accès vitale pour le transport des marchandises.

Les autorités surveillent la direction des vents, qui à cause de la baie Georgienne, qui sont plus forts que dans d’autres secteurs.

S'ils devaient tourner, la Police provinciale de l’Ontario n’aurait d'autre choix que d’arrêter la circulation, parce que la fumée réduit la visibilité routière.

Une route recouverte de fumée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La visibilité est réduite sur la route 69 en raison de la fumée dégagée par le feu Parry Sound 33.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Impact sur l’économie et les touristes

L’incendie qui affecte la région de Key River, dans la région de Parry Sound, a un impact sur plusieurs commerçants, même si ceux-ci ne sont pas directement touchés par le brasier.

L'interdiction de circuler sur l'eau ou de se rendre au chalet leur fait perdre des milliers de dollars.

C’est le cas de Ghaffar Khan, propriétaire de Key Marine Resort, tout juste aux abords de la route 69, cette route principale entre Toronto et la région de Sudbury, dans le Nord-Est ontarien.

M. Khan possède un terrain de camping, de petits chalets, une marina, une station-service et un dépanneur.

Nous sommes un accès direct à la baie Georgienne, dit-il.

Ghaffar Khan est propriétaire de la marina Key River.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

M. Khan affirme perdre des dizaines de milliers de dollars quotidiennement avec la marina qui est fermée.

Photo : Radio-Canada / Christian Noël

Mais parce que plusieurs routes sont fermées, et que les ordres d’évacuation pour les secteurs des rivières Key et Pickerel sont maintenus, les affaires ne sont pas bonnes pour lui.

Juillet et août sont mes plus gros mois et 80 pour cent de mon chiffre d’affaires est lié au tourisme, dit M. Khan.

La vraie bataille sera de voir comment je réussirai à survivre l’hiver prochain, ayant été privé de tant de revenus.

Ghaffar Khan, propriétaire de Key Marine Resort

Sa seule consolation : servir le ministère des Richesses naturelles et des Forêts, de même que les voitures-patrouilles de la Police provinciale de l’Ontario qui viennent faire le plein d’essence.

Jusqu'en juillet 2018 : 831 - En 2017 : 243 - Moyenne sur 10 ans : 511Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nombre de feux de forêt en Ontario - Moyenne sur les 10 dernières années

Photo : Radio-Canada / Ministère des Richesses naturelles

Jim et Kathy Shields sont propriétaires de Camp Doré.

Le site est situé au nord de Britt, là où plusieurs campements ont été installés par les pompiers forestiers.

Nous sommes ouverts, mais on ne peut accueillir de visiteurs, car il est interdit de voyager sur la rivière Key présentement, dit M. Shields.

Un avion CL-415 qui combat un feu de forêt.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les feux de forêts font perdre des milliers de dollars à des commerçants dans la région de Britt, au nord de Parry Sound, en Ontario.

Photo : Twitter/@ONforestfires

Sa marina compte environ 70 embarcations.

Le nombre de litres d’essence vendus par semaine est passé de 3000 à environ 300.

« Je fais deux pleins de bateaux présentement : celui de la PPO et celui du MRNF », dit-il un peu découragé.

En temps normal, il y aurait entre 50 et 100 véhicules dans mon stationnement. Depuis une semaine, j’en compte seulement deux, dit-il.

Camp Doré compte trois employés saisonniers.

Depuis des semaines, dit M. Shields, je les paie à ne rien faire et les licencier se traduirait par zéro revenu d’assurance-emploi cet hiver, pour eux..

Selon lui, le gouvernement devrait s’impliquer.

Je passerais pour un homme mauvais, si je devais congédier ces personnes pour des raisons hors de mon contrôle.

Jim Shields, propriétaire de Camp Doré
Nipigon 30, 32 850,5 hectares - Parry Sound 33, 8 973,8 hectares - North Bay 72, 27 579 hectares - Timmins en 2012, 39 540 hectaresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Comparaison de feux de forêt non maîtrisés en surface en Ontario - Chiffres au 30 juillet 2018

Photo : Radio-Canada / Ministère des Richesses naturelles

Lui qui habite la région depuis 30 ans dit n’avoir jamais vécu une telle situation.

Il y a eu de petits incendies, mais jamais de l’ampleur de celui-ci, conclut M. Shields.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Protection des écosystèmes