•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retards dans les opérations urgentes à Hull : le ministre Barrette intervient

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette.
Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec est intervenu auprès de la direction de l'Hôpital de Hull, lundi matin, pour que celle-ci utilise « toutes les ressources nécessaires » pour réduire le temps d'attente pour les interventions chirurgicales urgentes.

Un texte d'Antoine Trépanier, avec la collaboration de Dereck Doherty

Plus d'une vingtaine de patients étaient en attente d'une opération chirurgicale d'urgence au cours de la dernière fin de semaine à l'Hôpital de Hull. Certains patients ont attendu, ou attendent toujours depuis plusieurs jours, d'être opérés.

Selon le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, un manque de ressources durant la saison estivale et le nombre important d'interventions chirurgicales expliquent cette situation.

Le ministre Gaétan Barrette assure que toutes les interventions considérées comme une urgence majeure (quand la vie du patient est en danger) sont faites dans les délais requis en Outaouais, mais il reconnaît que la situation pour les opérations moins urgentes, comme des fractures, est anormale à l'Hôpital de Hull.

Il soutient que de telles situations surviennent périodiquement, mais que des ajustements sont nécessaires à l'Hôpital de Hull. Dans son intervention auprès de l'établissement, M. Barrette a demandé à ce que toutes les ressources soient utilisées au sein du CISSS de l'Outaouais pour réduire le temps d'attente, notamment en transférant des patients ailleurs au Québec ou en Ontario.

On va opérer les patients du CISSS de l'Outaouais dans d'autres institutions [de la province]. La question est tout à fait légitime et c'est ce qu'ils vont faire à l'intérieur de leur centre intégré. Si nécessaire, ils peuvent très bien aller à Ottawa, mais il est possible qu'à Ottawa, il n'y ait pas de ressources, a déclaré M. Barrette.

La députée de Hull rencontre le CISSS

Par ailleurs, la direction du CISSS de l'Outaouais a rencontré la députée de Hull, Maryse Gaudreault, lundi après-midi, pour trouver des solutions et éviter que cette problématique ne se répète dans le futur.

Elle a affirmé avoir reçu des indications de la part des représentants du CISSS à l'effet que, s'il n'y avait aucune nouvelle urgence, toutes les personnes qui étaient en attente lundi pourraient avoir leur intervention chirurgicale pendant la journée de mardi.

Au moment où on se parle, il y a des gens du CISSSO qui sont en communication avec d’autres centres de trauma au Québec pour voir leurs critères et revoir peut-être – pas peut-être – pour revoir les critères de priorisation ici au CISSSO, a expliqué la députée à sa sortie de la rencontre.

À savoir si le gouvernement libéral est prêt à consacrer de nouvelles ressources aux hôpitaux dans la région, Mme Gaudreault n'a pas voulu s'engager.

Mes collègues et moi sommes en étroite collaboration avec le CISSSO, on connaît les réalités et on connaît les besoins et on aura l'occasion de vous faire des propositions lors de la prochaine campagne électorale, a-t-elle dit.

Trois personnes répondent aux questions de journalistes. La députée de Hull, Maryse Gaudreault (centre) a rencontré les représentants du CISSS de l'Outaouais Daniel Tardif (gauche) et Gail Ryan (droite), lundi. Photo : Radio-Canada

La directrice des soins infirmiers, Gail Ryan, a soutenu que le CISSS de l'Outaouais faisait des efforts pour bien prioriser les interventions chirurgicales.

Bien sûr, on tient compte de l'humanisation des soins et de la bienveillance et c'est dans cette optique-là qu'on veut revoir avec nos centres de référence pour s'assurer qu'on tienne compte de ces critères-là, a-t-elle dit, ajoutant que l'attente subie par les usagers n'avait pas eu d'impact sur leur état de santé.

Pour sa part, le directeur des services professionnels du CISSS, Daniel Tardif, a reconnu que des ressources, tant humaines que financières, seront nécessaires pour venir à bout des déficits cliniques auxquels le CISSS est confronté.

Il a rappelé que certaines améliorations ont été faites, notamment des délais plus courts à l'urgence et l'amélioration de la fonctionnalité du bloc opératoire.

Depuis mercredi dernier, le personnel hospitalier réévalue les listes d'attente pour bien cibler les patients prioritaires.

En planifiant et en réévaluant la liste d'attente, on veut mieux planifier et prévoir, pour que les patients n'aient pas non plus de fausses attentes, a indiqué l'agente d'information au CISSS de l'Outaouais, Patricia Rhéaume.

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale