•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Examen des infirmières : le N.-B. nomme un conciliateur

Les candidates francophones connaissent un taux d'échec important à l'examen NCLEX.

Les candidates francophones connaissent un taux d'échec important à l'examen NCLEX.

Photo : Shutterstock / ohn Panella

Radio-Canada

Le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick a nommé un conciliateur pour permettre une sortie de crise dans le dossier de l'examen NCLEX-RN, qui permet l'accès à la profession d'infirmières dans la province.

Le gouvernement a amené les parties concernées à entamer des discussions en faisant appel à un facilitateur qui est un employé du gouvernement provincial, a confirmé par courriel le directeur des communications du ministère de la Santé, Bruce Macfarlane.

Il s’agit de la première démarche concrète prise par le gouvernement dans ce dossier.

Le travail du conciliateur commence déjà. Il doit notamment s’entretenir avec le recteur par intérim de l’Université de Moncton, Jacques Paul Couturier.

J’ai été avisé par le ministre [de la Santé] Benoît Bourque qu’il y aura ou qu’il y a eu la nomination d’une personne facilitatrice dans le dossier de l’examen NCLEX, c’est-à-dire une personne qui va travailler de concert avec l’Université et avec l’Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick pour essayer d’arriver assez rapidement à une solution, affirme Jacques Paul Couturier.

Jacques Paul Couturier en entrevue

«J’apprécie la nomination d’une personne facilitatrice. Je pense que c’est un geste important qui devrait nous permettre de faire débloquer le dossier», affirme le recteur Jacques Paul Couturier.

Photo : Radio-Canada

J’ai été contacté dès vendredi par la personne qui a été nommée, précise Jacques Paul Couturier. On a une conversation téléphonique aujourd’hui. Je compte bien de mon côté tout faire en sorte pour qu’on puisse rencontrer cette personne-là rapidement pour faire évoluer le dossier.

Le recteur dit espérer des progrès importants dans les prochaines semaines pour arriver à des pistes de solutions.

Un soulagement pour les infirmières

Du côté des infirmières et infirmiers, on se dit satisfait de ce premier pas dans la bonne direction.

La seule chose que je peux dire c'est "Finalement!"

Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats des infirmières
Linda Silas en conférence de presse à l'extérieur le 20 juillet 2018.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers, à St. Andrews, au Nouveau-Brunswick le 20 juillet 2018.

Photo : Radio-Canada

Même soulagement pour Stéphanie Noël, qui avait soulevé le problème de l'examen d’accréditation NCLEX-RN pour les francophones du Nouveau-Brunswick en avril dernier. C'est super qu'on a le gouvernement qui est allié avec nous parce qu'on avait demandé ça ça fait un certain temps, assure la jeune femme.

Un examen discriminatoire envers les francophones

La Commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick a affirmé que la situation brime les droits des infirmières et infirmiers francophones et contrevient à la Loi sur les langues officielles.

Depuis 2015, l’Association des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick impose un test américain à l’ensemble des finissants en sciences infirmières, qu’ils soient anglophones ou francophones.

Les francophones seraient toutefois désavantagés par cet examen. Il serait mal traduit de l’anglais et presque tous les documents de préparation à l’examen ne sont disponibles qu’en anglais.

Résultat : il y a eu une chute considérable du taux de finissants qui réussissent l’examen. Alors que 91 % des étudiants francophones le passaient avec succès en 2014, ce taux est tombé à 32 % en 2015.

En 2017, seulement 40 % des personnes inscrites à l'examen en français l'ont réussi.

Nous ne ferons aucun autre commentaire pendant la tenue de ces discussions, a aussi affirmé Bruce Macfarlane dans un courriel à Radio-Canada Acadie.

Avec des informations de Nicolas Steinbach et de Mathieu Massé.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale