•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape accepte la démission d'un archevêque australien

Philip Wilson quitte la Cour de Newcastle.

L'archevêque démissionnaire d'Adelaïde, en Australie, Philip Wilson

Photo : epa-efe / PETER LORIMER

Agence France-Presse

Le pape François a accepté lundi la démission de l'archevêque d'Adélaïde, en Australie, condamné à un an de prison pour avoir couvert des actes de pédophilie. Âgé de 67 ans, Philip Wilson devient l'un des plus hauts dirigeants de l'Église à être sanctionné par la justice civile.

« Le Saint-Père a accepté la démission de ses fonctions pastorales de l'archevêché d'Adélaïde (dans le sud de l'Australie) présentée par Mgr Philip Edward Wilson », a annoncé le Vatican dans une courte déclaration.

L'archevêque avait été condamné le 3 juillet à un an de prison, devenant ainsi l'un des ecclésiastiques les plus haut placés dans la hiérarchie catholique mondiale à être sanctionnés par la justice civile.

Dès le mois de mai, il avait été reconnu coupable d'avoir dissimulé les sévices commis dans les années 1970 par Jim Fletcher, un prêtre pédophile notoire, en s'abstenant de signaler les accusations portées contre ce prélat.

S'il s'était mis en congé de ses fonctions pour la procédure, l'archevêque avait jusqu'à récemment refusé de démissionner dans l'attente de l'issue de son appel. Il dément toutes les accusations retenues contre lui.

Pression politique

Le premier ministre australien Malcolm Turnbull avait appelé le 19 juillet le pape François à le congédier. « Il aurait dû démissionner, et le temps est venu pour le pape de le limoger », avait déclaré M. Turnbull.

Malcolm Turnbull parle devant un micro au Parlement australien.

Le premier ministre Malcolm Turnbull, jeudi, au Parlement australien. À droite, le vice-premier ministre Barnaby Joyce reste impassible.

Photo : La Presse canadienne / AP/Rod McGuirk

Dans une déclaration publiée lundi en Australie, l'archevêque d'Adélaïde a révélé qu'il avait envoyé sa démission au pape dès le lendemain, soit le 20 juillet. « Même si ma démission n'était pas requise, j'ai pris cette décision parce que je suis de plus en plus inquiet du niveau de douleur provoqué par ma condamnation au sein de la communauté », a-t-il expliqué.

Lundi, le chef du gouvernement australien a salué la mesure, soulignant que « la protection des enfants était la plus importante responsabilité d'une communauté ».

Le pape François ne connaît pas de trêve estivale sur le dossier mondial des abus sexuels perpétrés par des membres de l'Église.

Démission d'un cardinal

Samedi dernier, il avait accepté la démission du collège des cardinaux de l'Américain Theodore McCarrick, 88 ans, archevêque émérite de Washington, déjà interdit d'exercer son ministère après des accusations d'abus sexuels aux États-Unis remontant à presque 45 ans. Le vieil homme devra rester reclus dans une maison pour mener une vie de prière et de repentance.

Selon le site Internet catholique américain Crux, un homme l'a notamment accusé d'avoir abusé sexuellement de lui dans la cathédrale St Patrick de New York, alors qu'il n'avait que 16 ans, au début des années 1970.

Un vieil homme portant l'habit de cardinal dans un corridor.

Le cardinal Theodore McCarrick, accusé d'avoir sexuel agressé au moins un enfant et plusieurs adultes, a remis sa démission au pape.

Photo : Reuters / Alessandro Bianchi

La confiscation du titre suprême de cardinal est quasiment une première historique (un cardinal français avait démissionné en 1927 pour des motifs politiques).

Elle révèle un évident durcissement du pape, très critiqué en début d'année pour ses erreurs de jugement concernant un vaste scandale de pédophilie au sein de la conservatrice Église du Chili.

Dans l'attente d'un procès organisé par le Vatican, qui pourrait l'exclure de l'Église, Theodore McCarrick demeure toutefois prêtre, à l'instar de l'archevêque australien démissionnaire.

Plusieurs autres cardinaux sont actuellement dans le collimateur de la justice pénale de leur pays, notamment l'Australien George Pell, le numéro trois du Vatican, qui doit être jugé pour des accusations d'agressions sexuelles commises dans le passé contre des enfants.

L'Église chilienne dans la tourmente

L'archevêque de Santiago, le cardinal Ricardo Ezzati, a été pour sa part convoqué la semaine dernière par le procureur régional de Rancagua (centre du Chili) afin de répondre, le 21 août, aux accusations de dissimulation d'abus sexuels perpétrés par le clergé chilien.

Le pape François a déjà accepté la démission de cinq premiers évêques chiliens, dont le controversé Mgr Juan Barros qu'il avait défendu avec trop de vigueur au cours d'un voyage en janvier au Chili.

L'ensemble de l'épiscopat chilien avait présenté sa démission en bloc le 18 mai après une série de rencontres avec le pape argentin au Vatican, une démarche inédite dans l'histoire récente de l'Église catholique.

Le pape est attendu les 25 et 26 août en Irlande, où il sera confronté à l'histoire des scandales liés à des sévices commis au sein de l'Église qui ont détourné nombre d'Irlandais de la religion catholique. Il devrait discrètement y rencontrer des victimes.

International