•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump accuse Mueller d'être en conflit d'intérêts

Donald Trump, portant une casquette blanche sur laquelle il est écrit en anglais: «Rendre l'Amérique meilleure encore».

Le président américain Donald Trump

Photo : Getty Images / Jim Watson

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain Donald Trump a accusé dimanche le procureur spécial Robert Mueller d'avoir des « conflits d'intérêts » qui devraient lui interdire de mener l'enquête sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016.

Dans une série de tweets dans lesquels il attaque la crédibilité du procureur spécial, M. Trump déclare avoir eu au cours des années une relation d'affaires tendue avec M. Mueller.

Dans le passé, M. Trump avait déjà évoqué l'existence de conflits d'intérêts concernant M. Mueller, mais c'est la première fois qu'il détaille publiquement ses accusations.

« Robert Mueller va-t-il révéler un jour ses conflits d'intérêts avec le président Trump, dont le fait que nous avons eu une relation d'affaires très mauvaise et conflictuelle, je l'ai refusé comme chef du FBI [un jour avant sa nomination comme procureur spécial] et Comey est son ami proche », a-t-il écrit dans un de ses messages.

James Comey a été démis de ses fonctions de directeur du FBI en mai 2017 par Donald Trump et se montre depuis très critique envers le président.

Trois sources de conflit d'intérêts

Le New York Times a affirmé en janvier que M. Trump avait voulu limoger aussi M. Mueller en juin 2017, mais avait reculé après qu'un conseiller juridique de la Maison-Blanche, Don McGahn, eut menacé de démissionner s'il le faisait.

Le New York Times a écrit à l'époque que M. Trump avait évoqué trois conflits d'intérêts qui affecteraient M. Mueller et le disqualifieraient selon lui pour mener l'enquête sur les accusations d'ingérence russe.

Il s'agirait d'un différend sur les tarifs au National Golf Club que possède M. Trump, du travail de M. Mueller pour un cabinet juridique qui avait représenté le gendre du président, Jared Kushner, et d'une entrevue que les deux hommes auraient eu pour examiner une candidature de M. Mueller à la tête du FBI, la veille de sa nomination comme procureur spécial.

En tant que procureur spécial, M. Mueller doit déterminer si des responsables russes se sont ingérés dans la campagne présidentielle américaine de 2016, s'il y a eu une collusion entre des officiels russes et l'équipe de campagne du candidat républicain et si par la suite M. Trump s'est rendu coupable d'une obstruction à la justice.

 Le procureur spécial Robert Mueller Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le procureur spécial Robert Mueller

Photo : Reuters / Aaron Bernstein

M. Trump nie toute collusion et toute obstruction dans cette affaire. Les autorités russes ont toujours nié s'être ingérées dans la campagne de 2016, à l'issue de laquelle le candidat républicain Donald Trump a battu sa rivale démocrate Hillary Clinton.

« Chasse aux sorcières »

Le président Trump qualifie régulièrement l'enquête dirigée par M. Mueller de « chasse aux sorcières » et demande qu'elle prenne fin, soulignant que l'équipe du procureur spécial est composée essentiellement de démocrates.

M. Mueller, pour sa part, est un républicain comme M. Trump.

Dans ses tweets de dimanche, M. Trump a répété que l'ouverture de l'enquête que dirige M. Mueller avait été déclenchée par un dossier controversé contenant des allégations non prouvées sur le candidat républicain et rédigé par un ancien membre des services de renseignement britanniques, Christopher Steele.

M. Trump s'est aussi demandé dans ses messages pourquoi M. Mueller n'enquêtait pas également sur les démocrates.

« Il n'y a pas de collusion! La Chasse aux Sorcières truquée de Robert Mueller, menée à présent par 17 démocrates en colère (contre 13 auparavant, dont un avocat de la Maison-Blanche d'Obama), a été lancée par un dossier frauduleux, payé par Hillary la crapule et la DNC. Par conséquent, la Chasse aux Sorcières est une arnaque illégale! », a écrit le président.

DNC est l'acronyme du Comité national démocrate.

« Et aussi, pourquoi est-ce que Mueller n'engage que des démocrates en colère, dont certains ont travaillé pour Hillay la crapule et d'autres, comme lui-même, ont travaillé pour Obama... Et pourquoi Mueller ne regarde-t-il pas toute l'activité criminelle et la vraie collusion russe du côté démocrate - Podesta, dossier? », a encore tweeté M. Trump.

Le démocrate John Podesta était le directeur de l'équipe de Mme Clinton pendant la campagne électorale de 2016.

M. Mueller a récemment inculpé 12 agents du renseignement russe qui sont accusés d'avoir piraté les ordinateurs du Parti démocrate pendant la campagne. Quatre anciens membres de la campagne de M. Trump ont par ailleurs été inculpés, mais pour des faits non liés directement aux accusations de collusion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !