•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 20 patients en attente d'une opération urgente à Hull

L'horticulteur Jean-Pierre Martel  a un pansement à l'épaule gauche et une atèle.

L'horticulteur Jean-Pierre Martel a déploré que son opération urgente prévue à l'Hôpital de Hull eût été reportée de jour en jour, alors qu'il devait rester à jeun.

Photo : Radio-Canada / Estelle Côté-Sroka

Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un horticulteur de l'Outaouais qui s'est fracturé le bras dans un accident de la route, lundi dernier, a dû attendre six jours, à jeun, avant de pouvoir être opéré à l'Hôpital de Hull.

Radio-Canada a appris que plus d'une vingtaine de patients étaient dans une situation similaire ce week-end et que la liste d'attente [du Département d'orthopédie] ne cesse de s'allonger, selon l'agente d'information du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais .

L'horticulteur Jean-Pierre Martel se trouvait à bord d'une camionnette avec deux employés lorsque son véhicule a été percuté par un camion lourd sur la route 148. Après l'impact, il ne restait plus que les sièges, a-t-il raconté, samedi.

Une camionnette accidentée sur le côté conducteur dans la brousse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La camionnette accidentée.

Photo : Gracieuseté de Jean-Pierre Martel

Un panneau de la route 148 sur le sol à côté de la route.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'accident est survenu sur la route 148.

Photo : Radio-Canada / Estelle Côté-Sroka

Immédiatement admis à l'urgence de l'Hôpital de Hull, il a reçu quelques points de suture sur la tête. Il a obtenu son congé de l'hôpital le lendemain, mais devait y revenir pour une intervention chirurgicale en orthopédie, puisque son bras gauche était fracturé et son nerf radial endommagé.

M. Martel a affirmé qu'il devait être opéré mercredi. Mais il a finalement subi son opération dimanche, près d'une semaine après son accident.

Jean-Pierre Martel sur un lit d'hôpital.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Immédiatement admis à l'urgence de l'Hôpital de Hull, Jean-Pierre Martel reçoit quelques points de suture sur la tête. Il obtient son congé de l'hôpital le lendemain, mais doit y revenir pour une chirurgie en orthopédie.

Photo : Gracieuseté de Jean-Pierre Martel

Tous les jours, M. Martel s'est fait un devoir d'être à jeun à partir de minuit dans l'espoir d'être opéré. Mais chaque jour le constat était le même: il apprenait après plusieurs heures d'attente que son opération n'aurait finalement pas lieu avant le lendemain. Jeudi, l'Hôpital de Hull lui aurait appris la nouvelle vers 21 h.

C'est toujours reporté, on est dans le néant, on n'a pas de nouvelles. Il faut rester à jeun, c'est une situation qui est assez spéciale.

Une citation de :Jean-Pierre Martel

M. Martel estime que le manque de communication de l'Hôpital entraîne une série de conséquences qui pourraient être minimisées.

Ça crée de l'inconfort [...] d'être à jeun, de ne pas déjeuner, d'être toujours en attente, de prendre des médicaments antidouleur [...] de se déplacer [entre l'hôpital et sa résidence], a-t-il relaté.

Je peux comprendre qu'il y a des urgences [...], mais si je ne suis pas le prochain, qu'on m'avise pour que je puisse manger, que je puisse au moins essayer de trouver une solution ou transférer ailleurs.

Une citation de :Jean-Pierre Martel

Avant son opération, M. Martel commençait à craindre les répercussions de ces reports répétitifs sur sa guérison et son rétablissement, puisqu'il avait les doigts de plus en plus engourdis.

Le président du Conseil pour la protection des malades, Me Paul Brunet, est scandalisé que l'accès à des médecins spécialistes soit aussi difficile, alors que les médecins accumulent les augmentations de salaire.

L'Outaouais est loin d'être la seule région touchée par ce problème, selon Me Brunet. Il enjoint à toutes les personnes qui voient leur intervention chirurgicale reportée à répétition d'entamer des procédures judiciaires.

Les souffrances physiques et morales sont admissibles dans un recours en dommages et intérêt devant la Cour des petites créances jusqu'à 15 000 $, dit l'avocat.

Les patients en attente s'additionnent

L'agente d'information au CISSS de l'Outaouais, Patricia Rhéaume, a affirmé que plus d'une vingtaine de patients étaient dans une situation similaire à celle de Jean-Pierre Martel en fin de semaine.

L'Hôpital de Hull explique cette situation par le nombre anormalement élevé de patients admis avec des fractures dans les derniers jours, alors que l'Hôpital fonctionne à effectifs réduits en raison de la période estivale.

Mme Rhéaume s'est néanmoins voulue rassurante en indiquant qu'il ne manque pas de personnel pour répondre aux besoins. Depuis mercredi, le personnel hospitalier réévalue les listes d'attente pour bien cibler les patients prioritaires.

En planifiant et en réévaluant la liste d'attente, on veut mieux planifier et prévoir pour que les patients n'aient pas non plus de fausses attentes, a indiqué Mme Rhéaume.

Les patients qui ont besoin de soins orthopédiques ne peuvent pas être transférés dans un autre établissement, puisque le Centre de traumatologie de Hull est spécialisé dans ce genre de traitements, ajoute l'agente d'information.

On est un Centre de traumatologie. Donc, on ne peut pas transférer ces patients-là ailleurs.

Une citation de :Patricia Rhéaume. agente d'information au CISSS de l'Outaouais

La députée de Hull demande des changements

La députée de Hull prévoit rencontrer les hauts dirigeants de l'Hôpital de Hull, lundi, pour faire le point sur la situation. Maryse Gaudreault entend notamment questionner l'organisation du travail et des horaires en période estivale, pour s'assurer que les citoyens obtiennent les services auxquels ils ont droit même si c'est en pleines vacances de la construction.

Quels sont les points de rupture? À un moment donné, si on est rendus à 20 chirurgies [...], il faut peut-être rappeler du personnel en urgence pour les salles de chirurgie, soutient Mme Gaudreault.

Il s'agit d'avoir un plan de déploiement de plus de personnel lorsqu'on arrive à une situation plus problématique.

Une citation de :Maryse Gaudreault, députée de Hull

La députée estime que d'autres mesures pourraient aussi être mises en place pour mieux accompagner les patients et éviter qu'ils soient à jeun inutilement pendant de nombreuses heures. Elle donne comme exemple une meilleure communication entre le citoyen et l'hôpital pour savoir quelles sont les perspectives de possibilités d'obtenir sa chirurgie dans la journée ou pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !