•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patron du New York Times met en garde Donald Trump contre les fausses nouvelles

Un partisan de Donald Trump brandissant une pancarte dénonçant des médias américains.

Les partisans de Donald Trump ont répété les dangereuses attaques contre la presse lancées par le président.

Photo : Reuters / Joshua Roberts

Agence France-Presse

Le patron du prestigieux New York Times a révélé dimanche avoir vigoureusement mis en garde Donald Trump contre ses attaques répétées à l'endroit de la presse lors d'une rencontre à la Maison-Blanche, qualifiant son discours sur les fausses nouvelles de « dangereux et nuisible ».

C'est le président américain lui-même qui avait révélé un peu plus tôt dans un tweet avoir discuté de fausses informations avec Arthur Gregg (A.G.) Sulzberger, éditeur du New York Times, que M. Trump prend régulièrement pour cible de ses critiques.

« [Nous] avons passé beaucoup de temps à parler de la grande quantité de fausses nouvelles [fake news] qui sont publiées par les médias et comment elles se sont métamorphosées en une phrase, " Ennemi du peuple ". Triste! », a-t-il tweeté.

Donald Trump qualifie régulièrement de fausses les informations des médias généralistes américains qui, pour la plupart, se montrent très critiques sur sa présidence.

Ce tweet a conduit M. Sulzberger à publier un communiqué sur cette rencontre, qui était censée rester confidentielle, comme toutes les réunions que les dirigeants des grands médias américains ont régulièrement avec les responsables du gouvernement.

Rencontres à huis clos

A. G. Sulzberger, 66 ans, a précisé avoir rencontré le président septuagénaire le 20 juillet, à la demande de la Maison-Blanche, en compagnie du responsable de la page éditoriale du journal, James Bennet.

Il a ajouté avoir décidé de répondre publiquement au tweet de M. Trump, en se basant sur les notes détaillées prises par James Bennet et lui-même, à la façon dont le président américain a évoqué leur conversation.

« Mon objectif principal en acceptant cette rencontre était de soulever mes inquiétudes au sujet de la rhétorique anti-presse extrêmement troublante du président », a expliqué celui qui a succédé au début de 2018 à son père Arthur Ochs Sulzberger comme éditeur du New York Times.

J'ai dit franchement au président que je pensais que son discours n'était pas seulement facteur de division, mais qu'il était de plus en plus dangereux.

A.G. Sulzberger, patron du New York Times

« Je lui ai dit que bien que l'expression « fausses nouvelles » soit fausse et nuisible, j'étais beaucoup plus préoccupé par sa façon de caractériser les journalistes comme des "ennemis du peuple" ».

« Je l'ai prévenu que ce langage incendiaire contribuait à une augmentation des menaces contre les journalistes et allait inciter à la violence », a poursuivi le patron du Times, précisant avoir insisté sur le fait que « c'est particulièrement vrai à l'étranger ».

« La rhétorique du président est utilisée par certains régimes pour justifier des répressions d'ampleur contre les journalistes », a-t-il dénoncé.

« Je l'ai imploré de revenir sur ses nombreuses attaques contre le journalisme, que je pense être dangereuses et nuisibles pour notre pays », a ajouté M. Sulzberger tout en précisant que le président américain avait bien sûr le droit, comme ses prédécesseurs, de critiquer la façon dont la presse relate son action.

M. Trump ne pouvait pas laisser le New York Times avoir le dernier mot : dans une série de tweets dimanche après-midi, le président américain a lancé de nouvelles attaques contre la presse, affirmant que ce sont les médias qui « mettent des vies en danger, et pas seulement celles de journalistes, en révélant des délibérations internes de l'administration ».

« Le défaillant New York Times et le Washington Post d'Amazon ne font rien qu'écrire de mauvais articles, même sur des réussites très positives, et ils ne changeront jamais! », a-t-il ajouté.

Attaques répétées

Le New York Times fait partie des médias les plus souvent attaqués par Donald Trump, avec notamment la chaîne CNN et le Washington Post, propriété du patron d'Amazon Jeff Bezos.

Le président américain a qualifié le journal de « défaillant et corrompu », « quasi-lobbyiste » et « partial » ou encore de « vraiment l'un des pires journaux » ayant « la couverture la plus imprécise ».

Les diatribes contre la presse font partie du cocktail idéologique de Donald Trump qui cherche à décrire des élites, dont la presse, comme étant dissociées des préoccupations du pays.

Une polémique a opposé la semaine dernière CNN à la présidence américaine, qui avait refusé à l'une de ses journalistes l'accès à la Maison-Blanche pour une conférence de presse du président américain et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Le New York Times occupe cependant une place à part pour Donald Trump. Né à New York, ville où il a construit son succès dans les affaires, c'est probablement le journal qu'il connaît le mieux.

C'est à lui aussi qu'il avait accordé l'une de ses premières grandes entrevues peu après son élection.

Donald Trump, président des États-Unis

Politique américaine

International