•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fermières de Port-Cartier récupèrent, de fil en aiguille

Des sacs originaux en plastique recyclé
Des sacs originaux faits de plastique recyclé Photo: Radio-Canada / Mathieu Boudreault
Radio-Canada

Les écocentres de nos régions ont de plus en plus de difficulté à écouler les matières recyclables de façon rentable. À Port-Cartier, le cercle des fermières a su développer des produits innovants en réutilisant certains plastiques.

Les fermières de Port-Cartier délaissent un peu le coton et confectionnent des sacs... à partir de bandes magnétiques de cassettes VHS.

Des fois, c'est des sacs à pain. J'en ai fait même avec des nappes que j'ai récupérées, indique Jacinthe Tremblay, du Cercle des fermières de Port-Cartier.

Ces sacs originaux et de belle confection ont la cote parmi la clientèle des fermières, qui en ont déjà tissé plusieurs centaines.

Jacinthe Tremblay est membre du Cercle des fermières de Port-CartierJacinthe Tremblay, du Cercle des fermières de Port-Cartier Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Les gens, ils croient pas ça, que c'est fait avec des rubans de cassettes vidéo.

Jacinthe Tremblay, Cercle des fermières de Port-Cartier

Le ruban des cassettes, un matériau devenu désuet, trouve une nouvelle vie. Ça permet de créer des étoffes très résistantes et d'une allure surprenante, avoue Evelyne Therriault, l'une des artisanes.

Evelyne Therriault est membre du Cercle des fermières de Port-CartierEvelyne Therriault, du Cercle des fermières de Port-Cartier Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Il y a toujours des gens qui nous disent : "J'ai des anciennes cassettes, si vous en avez besoin".

Evelyne Therriault, Cercle des Fermières de Port-Cartier

Ce goût de récupération a fait boule de neige parmi les fermières, qui préfèrent récupérer ce qui se trouve au fond des tiroirs et dans les greniers.

Berthe Jacques a étendu son souci de récupération à l'artisanat. Notre planète a besoin que les gens récupèrent, donc j'avais commencé chez nous à faire du compost. Les tissus, c'est la même chose.

Berthe Jacques est membre du Cercle des fermières de Port-CartierBerthe Jacques, du Cercle des fermières de Port-Cartier Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Je pense qu'on peut faire beaucoup avec ce dont les gens n'ont pas besoin, ce qu'ils jettent, ce dont ils se débarrassent, tout simplement.

Berthe Jacques, Cercle des fermières de Port-Cartier

Ce virage vert des fermières ne date pas d'hier. Le recyclage d'étoffes faisait déjà partie des coutumes au siècle dernier, rappelle Evelyne Therriault.

Le métier à tisser se prête à des matériaux variésLe métier à tisser se prête aux matériaux variés. Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Au début, elles [les fermières] n'achetaient pas de matériel. C'était tout le coton, le tissu, qui était récupéré, ajoute-t-elle.

Comme le faisaient leurs grands-mères, les fermières d'aujourd'hui continuent de mettre leur créativité au profit de la récupération et de la planète.

D'après le reportage de Katy Larouche

Côte-Nord

Matières résiduelles