•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de jeunes qui se soignent avec du cannabis surprend une pédiatre

Un pot de marijuana.

Les adolescents qui consomment du cannabis souffriraient d'anxiété et de dépression, selon les pédiatres canadiens interrogés dans le cadre d'une étude nationale.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une pédiatre de Saskatoon est étonnée des résultats d'une étude nationale qui indique que la moitié des pédiatres auraient de jeunes patients qui consomment du cannabis pour se soigner.

L'étude, menée pour le Programme canadien de surveillance pédiatrique (PCSP), indique en effet que 419 des 835 répondants ont eu un patient ayant consommé du cannabis, obtenu légalement ou illégalement, afin de remédier à un problème de santé.

Par ailleurs, plus d'un tiers des pédiatres interrogés ont confié avoir reçu une demande de la part d'un parent ou d'un patient adolescent pour une prescription de cannabis.

Karen Leis se dit étonnée par le nombre de jeunes patients ayant recours à la substance. Elle a expliqué vendredi en entrevue à l'émission Pour faire un monde que les médecins doivent parfois traiter des cas complexes, comme des maladies chroniques pour lesquelles il n'y a pas toujours de traitements adéquats.

Je pense que tout le monde, incluant les chercheurs de l'étude, était un peu surpris au départ.

Une citation de : Karen Leis, pédiatre

Elle aimerait voir plus d'études à ce sujet pour que les médecins soient mieux outillés et puissent déterminer si ces traitements sont une bonne solution.

Karen Leis indique qu'on lui a déjà fait des demandes pour prescrire du cannabis à quelques reprises, mais que finalement, elle n'en a jamais prescrit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !