•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque de personnel sans précédent dans le secteur de la santé

Une préposée aux bénéficiaires aide une patiente

Une préposée aux bénéficiaires aide une patiente

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le temps supplémentaire obligatoire a explosé dans le réseau de la santé du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis le début de l'été. Aux congés parentaux et aux congés de maladie s'ajoutent les vacances et les congés spontanés.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean est en mode solution pour combler le manque de main-d'oeuvre. Toutefois, c'est trop peu, trop tard, selon les syndicats.

« Elles savent à quelle heure elles vont rentrer travailler, mais à quelle heure elles vont sortir, elles ne le savent pas. »

— Une citation de  Julie Bouchard, présidente du syndicat des professionnels en soins

La situation est particulièrement problématique dans les urgences de Roberval et de Jonquière ainsi qu'à l'hôpital de Chicoutimi.

L'entrée des cliniques externes de l'hôpital de ChicoutimiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il manque un préposé aux bénéficiaires sur quatre dans la région.

Photo : Radio-Canada

« C'est comme une roue qui tourne. Les gens font du temps supplémentaire, temps supplémentaire obligatoire. Le lendemain, elles sont fatiguées, elles sont épuisées. Elles savent qu'elles ne seront pas capables de donner des soins sécuritaires à leur clientèle, donc elles se déclarent malades. »

Un problème qui touche aussi les CHSLD

Il n'y a pas que dans les hôpitaux que la situation est critique. Dans les CHSLD, il manque près d'un préposé aux bénéficiaires sur quatre, selon Gaston Langevin, président du Syndicat du personnel paratechnique, services auxilliaires et métiers à la CSN.

« L'information qu'on me donne actuellement, c'est qu'il y a certains bains dans certains établissements qui sont reportés, pas annulés, mais donc effectivement oui, il y a des conséquences au niveau des usagers. »

Les syndicats ont rencontré leur employeur afin de trouver des solutions.

Actuellement, des aides-services pourront donner un coup de main aux employés des CHSLD, mais il faudra attendre d'autres rencontres pour des solutions dans les hôpitaux.

« Ils vont pouvoir ramasser les plateaux, faire de la désinfection, nettoyer le plancher, remplir les bains, mais sans les donner. Donc, ça va faciliter les tâches des préposés et des infirmières », explique Amélie Gourde, porte-parole du CIUSSS.

Rencontrés aux abords de CHSLD ou d'hôpitaux, les citoyens estiment que les usagers s'en sortent bien malgré le manque de personnel. « C’est sûr qu'ils ont beaucoup de travail, mais ça se passait bien », explique un citoyen.

« On peut pas voir qu'elles sont épuisées! Je vous dis, elles ont le sourire! »

Le CIUSSS tente présentement de recruter du personnel dans plusieurs secteurs. Seulement en termes de préposés aux bénéficiaires, il manque environ 100 salariés dans la région, selon le syndicat.

D'après le reportage de Mélissa Savoie-Soulières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !