•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération séduction sur le site de Trans Mountain

Des tuyaux d'acier empilés près d'une grue.
Selon la première ministre, Rachel Notley, 35 km de tuyaux seront bientôt acheminés sur le site. Photo: Reuters / Dennis Owen
Radio-Canada

La première ministre albertaine, Rachel Notley, le nouveau ministre fédéral des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, et le chef de la Nation crie d'Enoch se sont retrouvés vendredi sur le site de la Première Nation, à l'ouest d'Edmonton, où sera entreposé le matériel servant à construire l'expansion du pipeline Trans Mountain.

La rencontre, centrée autour d’une cérémonie de purification des lieux, était destinée à démontrer la toute prochaine concrétisation du projet et le soutien que celui-ci reçoit de la part de certaines Premières Nations.

Toutefois, des voix discordantes se sont exprimées, notamment celle de l’aînée qui a dirigé la prière. « Ils maltraitent notre mère la Terre en y enfonçant des objets. Elle va finir par réagir », a affirmé Beatrice Morin en aparté, une fois la conférence de presse terminée.

« [Le chef et ma fille] m’ont appelée et m’ont dit  : "On a besoin d’un aîné." Je n’avais aucune idée de ce que ce c’était, on m’a mise au courant rapidement avant d’arriver », a-t-elle expliqué.

Sa fille, Amberly Morin, qui est l’assistante du chef, ne soutient pas non plus Trans Mountain. « Le chef connaît mon opinion et la respecte », a-t-elle précisé.

De son côté, le chef de la Nation crie d'Enoch, Bill Morin, a réaffirmé son soutien au projet Trans Mountain, mettant l'accent sur les retombées économiques pour sa communauté.

Interrogé sur l’opposition manifestée par d’autres Premières Nations, le chef a fait remarquer que les revenus engendrés par le projet seront réinvestis, par sa Nation, dans les énergies propres. « C’est une occasion qui nous est offerte d’avancer et d’évoluer. On peut ne rien faire et regarder les choses se passer, ou on peut être des partenaires et réinvestir cela dans des choses plus durables. »

Rachel Notley a elle aussi tenu à souligner le partenariat sur lequel repose le projet d’expansion et s’est félicitée de la qualité des consultations organisées avec les Premières Nations. « Nous devons mettre la division derrière nous », a-t-elle affirmé.

Obtention du feu vert américain

Selon l'offre d'achat signée par le gouvernement fédéral, la conclusion de la transaction dépend de l'obtention du feu vert de la part du Comité américain sur les investissements étrangers.

« Ce n’est pas nouveau pour nous », a déclaré la première ministre. « Les choses suivent leurs cours normalement et il n’y a aucune raison pour que le processus déraille. »

Amarjeet Sohi s’est lui aussi voulu rassurant. « Nous sommes très confiants, ce processus est normal et tout se passera bien. »

Ian Anderson, président de Kinder Morgan Canada, a précisé que la construction de l’expansion du pipeline commencerait en Alberta, autour du 25 août, et un mois plus tard, en Colombie-Britannique. Les premiers tuyaux doivent être installés au début de l’année 2019.

Alberta

Nations métisses et autochtones