•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique de Montréal réclame à son tour la décriminalisation de toutes les drogues

Comprimés d'oxycodone.

Près de 4000 personnes sont mortes d'une surdose d'opioïdes au Canada en 2017.

Photo : Associated Press / Patrick Sison

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal appuie la demande de son pendant torontois visant à décriminaliser la possession pour usage personnel de toutes les drogues.

La Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal, « salue cette initiative » dans un communiqué publié vendredi, convenant du même souffle que « la situation des surdoses à Montréal est inférieure à celle de Toronto ».

En tant que directrice régionale de santé publique de Montréal, je salue les recommandations de Toronto à propos de la décriminalisation des drogues pour usage personnel.

La Dre Mylène Drouin, sur Twitter

C’est en réponse à la crise des opioïdes qui perdure dans la métropole ontarienne, malgré toutes les initiatives en place, que Santé publique Toronto a fait cette demande dans un récent rapport. En mars, la Ville de Vancouver avait déjà exprimé une position similaire.

« C’est un appel aux divers paliers [ordres] gouvernementaux afin de promouvoir une politique en matière de drogues davantage axée sur la santé, écrit la DRSP de Montréal. Une telle politique se doit d’être pragmatique, de reposer sur des données probantes et viser à réduire les méfaits, notamment les décès reliés à la circulation de substances dangereuses sur le marché. »

« La décriminalisation sera certainement à l’ordre du jour de rencontres provinciales et canadiennes, sachant qu’il s’agit d’une des mesures à considérer dans une réponse de santé publique à un problème sans précédent dans plusieurs villes au Canada », indique aussi la DRSP, en précisant qu’elle « participera activement à ces discussions ».

Plan rapproché de la Dre Drouin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal, est en faveur de la décriminalisation de toutes les drogues.

Photo : Twitter/DRSP

L’autorité montréalaise évoque des « expériences documentées », dont celles du Portugal, qui ont à son avis « démontré le bien-fondé de la décriminalisation des drogues à usage personnel, notamment en réduisant la judiciarisation, en augmentant la réinsertion sociale, en diminuant la stigmatisation et les barrières à l’accès au traitement ».

« On y a également enregistré moins de surdoses liées aux drogues en moyenne, une réduction de l’incidence des infections par le VIH chez les personnes qui utilisent des drogues et une consommation moins élevée de drogues de synthèse », fait valoir la DRSP.

Le nombre de surdoses au Portugal est en effet passé d'environ 360 à 40, de 1995 à 2015, et le nombre de diagnostics de VIH/sida chez les toxicomanes est passé d'approximativement 1800 à 44.

Pour la Dre Drouin et son équipe, « ces résultats sont prometteurs et devront être pris en compte dans les réflexions que le ministère de la Santé et des Services sociaux [du Québec] souhaite amorcer quant aux changements à apporter aux politiques de régulation des drogues ».

Des dossiers d'aide plutôt que criminels

Intervenant jeudi à l'émission Période de questions, sur les ondes d'ICI RDI, la Dre Carole Morissette, médecin-conseil à la DRSP, avait déjà affiché ses couleurs.

« Il y a une panoplie de stratégies qui doivent être mises en place si on veut bien répondre à cette grande question de société. Le fait d’amorcer une réflexion sur la question de la décriminalisation des drogues, c’est certain que ça devra en faire partie. On a des données probantes avec le Portugal, c’est sûr. »

Le Dr Jean-Pierre Chiasson, directeur médical de la clinique Nouveau Départ, un centre de réadaptation pour les personnes souffrant d’alcoolisme et de toxicomanie avec comorbidités psychiatriques, croit lui aussi au modèle portugais.

« Les consommateurs n'ont plus de dossiers criminels, mais des dossiers d'aide pour permettre le suivi entre les intervenants », a-t-il souligné, lundi, à Médium large, sur ICI Première.

Jean-Sébastien Fallu, professeur agrégé à l'Université de Montréal et directeur de la revue Drogues, santé et société, est d'avis qu'il faut aller plus loin que la simple décriminalisation et songer à légaliser toutes les drogues.

« Avec la décriminalisation, on pénalise, alors qu'avec la légalisation, on a un cadre légal pour produire et distribuer », a-t-il fait valoir, lui aussi à Médium large.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !