•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une consultation publique sur le racisme et la discrimination aura lieu à Montréal

Un homme marche avec des documents dans la main.
Balarama Holness était accompagné d'une trentaine de bénévoles lorsqu'il est venu déposer la pétition à l'hôtel de ville, vendredi. Photo: Radio-Canada / Romain Schué
Radio-Canada

Un groupe de citoyens a réussi à récolter les 15 000 signatures nécessaires pour forcer la Ville de Montréal à organiser la première consultation publique de son histoire sur le racisme systémique et la discrimination.

Un texte de Romain Schué

Accompagné par une trentaine de jeunes bénévoles, qui ont arpenté les rues de la métropole et les différents festivals ces dernières semaines, Balarama Holness a déposé cette pétition papier – une obligation – vendredi au service du greffe de la Ville de Montréal.

D’ici la fin de l’été, ce dernier vérifiera la conformité de cette pétition; l’Office de consultation publique de Montréal pourra ensuite être saisi par les élus.

Depuis la création de ce « droit d’initiative », en vigueur depuis 2010, seulement une seule consultation publique avait été déclenchée de cette façon. En 2011, plus de 29 000 signatures avait été récoltées pour la tenue d'une consultation publique sur l'état de l'agriculture urbaine à Montréal.

Un « manque d’actions » pour la diversité

Lancée officiellement le 1er mai, cette pétition du groupe « Montréal en action » a eu l’appui d’environ 20 000 Montréalais, a précisé M. Holness, ancien joueur des Alouettes et candidat défait à la mairie de Montréal-Nord l’automne dernier, sous les couleurs de Projet Montréal.

Élaborée avec le Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), cette pétition vise principalement à « avoir plus d’équité » dans la Ville de Montréal, a soutenu M. Holness, également étudiant en droit à l’université McGill.

« Nous, on aimerait inspirer le comité exécutif, inspirer les Montréalais d’avancer vers l’équité », a-t-il assuré, en dénonçant le manque d’actions pour améliorer la représentation de la diversité dans les instances publiques au cours des dernières années.

« Il y a eu beaucoup de mesures avancées, mais aucun avancement concret. Nous, on a fait un avancement concret sur le terrain, tous les jours », a-t-il repris.

Des personnes tiennent en main une pétition.Près de 20 000 signatures ont été amassées par le groupe Montréal en action. Photo : Radio-Canada / Romain Schué

« Qu’ils soient blancs ou noirs, tout le monde voulait signer, a ajouté Elvira Rwasamanzi, 25 ans, membre de la communauté rwandaise de Montréal. Il y a un problème d’inclusion des minorités visibles, de la diversité par rapport à l’image de Montréal. »

La Ville veut une « métropole plus représentative »

Disant « souligner [cette] démarche citoyenne de mobilisation », le cabinet de Valérie Plante a quant à lui indiqué que l’administration municipale « poursuit ses efforts pour rendre [la] métropole plus représentative de la diversité », en rappelant notamment la création de la Table sur la diversité, l'inclusion et la lutte contre les discriminations.

De son côté, l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville, Ensemble Montréal, « salue les efforts » de Montréal en action.

« C’est un enjeu sociétal, qui est important. Il faut permettre à différents intervenants de pouvoir s’exprimer sur ce sujet », a réagi Lionel Perez, chef par intérim du parti, précisant qu’Ensemble Montréal participera à cette consultation. Il prévoit même y déposer un mémoire.

Grand Montréal

Politique municipale