•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un journal afro-canadien redémarre après 15 ans d'absence

Mme Afolabi pose devant la caméra.
Abiola Afolabi est la directrice du journal Afro-Canadien qui refait surface après 15 ans d'absence. Photo: Radio-Canada / Stacey Janzer/CBC
Radio-Canada

Omoluabi est une publication bilingue qui offre une vitrine aux jeunes du Sud-Ouest de l'Ontario en plus de soutenir une campagne anti-violence pour les jeunes. Le journal redémarre après s'être arrêté pendant 15 ans.

Neuf numéros sont prévus pour l’instant.

Omoluabi veut dire un "enfant qui a du caractère" en yoruba, la langue du Nigéria, explique Abiola Afolabi, la fondatrice et directrice de l’association culturelle des Canadiens-Nigérians de Windsor, baptisée Nigerian Canadians for Culture, Educational and Economic Progress.

Elle ajoute qu’elle a choisi le nom Omoluabi, car aucun autre mot n'englobait tout le sens qu’elle voulait donner au journal.

Ce que nous aimerions beaucoup que notre journal fasse pour les jeunes, c’est de les aider à devenir des gens meilleurs, tout simplement, dit-elle

Une photo du journal. Le journal Omoluabi promeut des valeurs telles que le respect, la persévérance et la bravoure. Photo : Radio-Canada / Stacey Janzer/CBC

L’organisation nigériane-canadienne a aussi signé un contrat avec le gouvernement de l’Ontario pour appuyer le Plan ontarien d'action pour les jeunes noirs. La condition était que ce plan fasse partie du mandat du journal.

Chaque numéro explorera des aspects importants d’Omoluabi, tels que le respect, la bravoure et le travail. L’espoir des éditeurs est que le journal puisse influencer les jeunes en leur faisant comprendre que la violence n’est jamais une bonne solution.

Nous avons décidé de faire revivre le journal, parce qu’il manquait à la communauté. Il nous manquait à nous aussi. Nous nous souvenons de ce que ce journal a fait pour les jeunes dans le temps.

Abiola Afolabi, directrice du journal Omoluabi

Une collaboration

Mme Afolabi insiste sur le fait que le journal n’aurait pas vu le jour sans l’association nigériane-canadienne.

C’est grâce à la collaboration de plusieurs associations noires et de certaines personnes qu’on a pu mettre ce projet en branle.

Abiola Afolabi, directrice du journal Omoluabi
Joyce Kalinga se tient devant une pile de journaux. Joyce Kalinga dit qu'elle aime faire partie de l'équipe et qu'elle a appris beaucoup grâce à sa participation au projet. Photo : Radio-Canada / Stacey Janzer/CBC

Joyce Kalinga fait partie d’un groupe d’étudiants qui travaille à la mise en page du journal ainsi qu'à la traduction des articles pendant l'été.

Elle lance d'ailleurs un appel à d’autres jeunes qui voudraient aider le journal. Ils sont les bienvenus, dit-elle.

La direction du journal ne sait toujours pas combien de temps durera l’aide du gouvernement provincial. Abiola Afolabi dit qu’elle n’est toutefois pas inquiète, car plusieurs personnes ont déjà offert de l’aide.

De manière unanime, notre communauté dit qu'elle ne laissera pas aller ce journal une seconde fois.

Abiola Afolabi, directrice du journal Omoluabi

Windsor

Engagement communautaire