•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump dément avoir eu connaissance au préalable de la réunion entre son fils et des Russes

Michael Cohen en arrière plan.

Michael Cohen, l'ex-avocat du président Trump pendant la campagne électorale américaine en 2016.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Donald Trump a démenti vendredi avoir eu connaissance au préalable d'une réunion pendant la campagne de 2016 entre son fils et une avocate russe qui offrait des informations compromettantes sur Hillary Clinton, comme l'affirme son ancien avocat personnel, Michael Cohen.

« Je ne savais RIEN de la rencontre avec mon fils Don Jr », a affirmé le président américain sur Twitter vendredi matin, accusant Michael Cohen « d'inventer des histoires » pour se tirer d'une « sale affaire qui n'a rien à voir ».

Il a également soutenu que « la seule collusion » qu'il y a eu avec la Russie vient des démocrates. « La chasse aux sorcières truquée continue », a-t-il lancé.

Ce dernier chapitre dans la saga entourant l’administration Trump et la Russie viendrait contredire les propos du président américain qui a toujours nié avoir été au courant de cette rencontre entre son fils, Donald Trump fils, son gendre, Jared Kushner, et son directeur de campagne, Paul Manafort, avec l’avocate russe Natalia Veselnitskaya, proche informatrice de Moscou.

Donald Trump fils a lui aussi assuré qu’il n’avait pas informé son père de cette rencontre qui s’est déroulée à la Trump Tower le 9 juin 2016. L'avocate n'aurait fourni aucune information intéressante, selon lui.

La Trump Tower à ManhattanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Trump Tower à Manhattan

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Mark Lennihan

Michael Cohen aurait déclaré qu’il était prêt à réaffirmer devant le procureur spécial Robert Mueller, chargé d’enquêter sur une possible collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump, que M. Trump, alors candidat républicain, était bel et bien au courant de cette rencontre, selon les réseaux CNN et NBC.

L’ancien avocat dit qu’il était lui-même présent lorsque son client a été informé de cette rencontre et qu’il l’aurait personnellement approuvée.

Or, selon des sources du réseau américain CNN, M. Cohen ne détiendrait aucune preuve concrète pour appuyer ses dires.

Natalia Veselnitskaya et ses liens avec Moscou

L’avocate russe Natalia Veselnitskaya avait toujours indiqué agir « indépendamment de tout organe gouvernemental » et nié travailler pour Moscou lorsqu'elle a rencontré l'équipe de Trump.

Or, de nombreux courriels, transcriptions et documents légaux laissent entendre le contraire. Ces derniers montrent que l'avocate, bien connectée, a travaillé pour les meilleurs avocats gouvernementaux russes et a reçu l'aide d'un membre du personnel au sein du ministère de l'Intérieur dans une affaire concernant un client clé.

Les documents ont été obtenus par Dossier Centre, une cellule d'enquête basée à Londres qui appartient à l'homme d'affaires critique du Kremlin Mikhail Khodorkovsky.

Une femme maquillée, portant des boucles d'oreille et un collier, regarde devant elle avec la bouche légèrement ouverte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’avocate russe Natalia Veselnitskaya le 8 novembre 2016, lors d'une entrevue à Moscou.

Photo : Getty Images / AFP/Yury Martyanov

« Un menteur », selon Giuliani

En entrevue à CNN, l'avocat du président Trump Rudy Giuliani a traité M. Cohen de « menteur pathologique ».

« Il a menti toute la semaine, il a menti pendant des années », a répliqué M. Giuliani jeudi soir.

Plus tôt cette semaine, Michael Cohen a fourni un enregistrement secret dans lequel Donald Trump discute d'un versement d’une somme d’argent à une ancienne Playmate pour obtenir son silence pendant la campagne présidentielle de 2016.

Rencontres entre Trump et Poutine

Les récentes allégations de Michael Cohen surviennent alors que Donald Trump et le président de la Russie, Vladimir Poutine, devaient se rencontrer de nouveau, cette fois à Washington, avant la fin de l'année.

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, a toutefois déclaré mercredi que le président Trump souhaitait désormais attendre le début de l'année prochaine et la fin de l'enquête portant sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection de 2016 pour rencontrer Vladimir Poutine.

Une rencontre bilatérale entre les deux hommes pourrait tout de même survenir avant cela. Le président russe a invité vendredi son homologue américain à venir le rencontrer à Moscou, estimant que leurs appels téléphoniques ne suffisaient pas. Cette invitation a été bien accueillie par Donald Trump, qui a indiqué être « ouvert » à s'y rendre.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, CNN, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !