•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se préparer à sa première longue randonnée en forêt

Un coucher de soleil sur la baie Georgienne

Un coucher de soleil sur la baie Georgienne

Photo : Radio-Canada / Charlotte Mondoux-Fournier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vivre une expérience franchement dépaysante sans prendre l'avion, c'est possible? Je n'y croyais pas avant de faire une randonnée de six jours le long du lac Supérieur, dans ma province d'adoption, l'Ontario. Comment se préparer à ce genre de voyage pour la première fois, lorsqu'on n'a pas l'habitude d'investir les grands espaces sauvages ni de se prêter au mode de vie rustique? Vous l'aurez deviné, la clé est dans les préparatifs.

Un texte de Charlotte Mondoux-Fournier

La préparation physique et mentale

Pour habituer son corps aux défis physiques qu’impliquent plusieurs jours de randonnée en forêt, certains recommandent de monter et descendre plusieurs fois des escaliers avec un sac à dos rempli des effets personnels que l’on traînera pendant le voyage.

Question d’aiguiser le mental et éviter les mauvaises surprises, il est également souhaitable de s’informer des risques potentiels sur place et de la météo… bref, prévoir le pire!

Lorsque vient le temps de déterminer un itinéraire, il est recommandé de se donner certains buts à atteindre pour chaque journée de marche. Il faut toutefois rester flexible lorsque c’est possible, et revoir ses objectifs à la hausse ou à la baisse selon les circonstances sur le terrain.

Un paysage de la baie GeorgienneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les bâtons de marche sont particulièrement utiles pour apprécier la randonnée.

Photo : Radio-Canada / Charlotte Mondoux-Fournier

Pendant le trek, qu'est-ce qu'on mange?

Pour minimiser le poids et le volume de la nourriture que l’on transporte d’un campement à l’autre, les randonneurs aguerris de ce monde vous encourageront à faire usage d’un déshydrateur.

Comme son nom le suggère, le déshydrateur permet de faire sécher un plat cuisiné pendant plusieurs heures. Parce que cette technique culinaire n’est pas particulièrement instinctive, certains livres de recettes spécialisés s’y dédient entièrement.

Même si le processus peut s’avérer long et fastidieux (il faut compter une semaine de préparation pour une semaine de nourriture), celui-ci permet d'alléger la tâche une fois sur place. Pour que les plats reprennent vie, plusieurs recettes ne demandent par exemple que de faire tremper la nourriture sèche pendant 30-60 minutes, puis de la réchauffer.

Si on n’a pas le temps, la patience ou les ressources, le repas rapide qui remporte la palme de la simplicité est la soupe-quinoa. Elle n’est composée que d’un sachet de soupe… et de quinoa, pour les protéines!

Il ne faut toutefois pas être trop regardant quant à la qualité de la gastronomie. Toute nourriture a meilleur goût en trek!

Charlotte Mondoux-Fournier devant un paysage vallonneux au bord du lac.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les bâtons de marche sont particulièrement utiles pour apprécier la randonnée.

Photo : Radio-Canada / Charlotte Mondoux-Fournier

Les indispensables : une liste subjective et non exhaustive

Les bâtons de marche : l’accessoire qu’on attribue injustement à celui du randonneur du dimanche, trop souvent sous-estimé. Répartir le poids du sac à dos, prévenir les chutes… ses usages sont multiples.

La corde de camping : pour percher ses victuailles haut dans les branches, loin des bêtes gourmandes, une fois la nuit tombée. Celle-ci a un autre usage durant la journée : corde à linge.

Le répulsif à ours : vous ne vous en servirez probablement pas, mais l'apaisement psychologique procuré est notable. Dans la même catégorie, veuillez noter la clochette à ours qui minimise encore davantage les risques d'avoir à se servir de répulsif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !