•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pôle d'innovation régional verra le jour

Le Centre de formation professionnelle (CFP) de Val-d'Or possède maintenant son premier simulateur minier.
Le Centre de formation professionnelle (CFP) de Val-d'Or possède maintenant son premier simulateur minier. Photo: Radio-Canada / Emelie Rivard-Boudreau
Radio-Canada

Le pôle d'innovation régional d'Abitibi-Témiscamingue (PIRAT) verra le jour cet automne. L'organisme sans but lucratif a obtenu un budget de départ de 2 millions de dollars, réparti sur quatre ans.

Avec les informations de Piel Côté

Sur les deux millions accordés au PIRAT, 80 % de ce montant provient du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation. La balance proviendra des MRC et d'autres subventions gouvernementales.

L'objectif du regroupement sera de maintenir la croissance et de faire valoir l'innovation dans les entreprises de la région.

Celui qui porte le dossier du PIRAT et qui est aussi responsable du Centre d'entrepreneuriat et d'innovation à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), François L'Écuyer, veut solidifier la croissance des entreprises d'ici, et ce, peu importe le domaine, que ce soit dans les ventes ou dans le recrutement par exemple.

Il espère aussi aider les jeunes entrepreneurs à diversifier l'économie traditionnelle de la région, représentée par les industries minières et forestières.

« On veut développer de nouvelles grappes de compétences au niveau régional en innovation, de nouvelles approches collaboratives avec une mutualisation d'équipements, par exemple », détaille-t-il.

Consulter les entreprises

L'une des premières étapes du PIRAT cet automne sera d'ailleurs de consulter les compagnies. « Les services qu'on va offrir vont vraiment dépendre de leurs besoins », explique M. L'Écuyer.

La directrice des ventes de Meglab, Kim Valade, a signé un manifeste, déposé en 2017, pour soutenir l'innovation et l'entrepreunariat dans les régions. Elle estime que les entreprises pourront grandir avec le PIRAT. « Ce qui est intéressant pour la création d'un hub d'innovation, c'est de regrouper ensemble tous les acteurs qui nous permettent d'aider et d'accélérer cette innovation-là, pour pousser les entreprises à exporter et à accélérer l'innovation », déclare-t-elle.

Kim ValladeKim Vallade Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

La présidente du Pôle d'économie sociale Abitibi-Témiscamingue, Valérie Jacob, souhaite également que le PIRAT permette une interconnexion entre les entreprises. « On veut permettre aux entrepreneurs d'aller plus loin dans le développement de produits, d'idées, de réflexions, de façons de faire sur leur projet d'affaires. Parfois, on se sent isolé comme entrepreneur, mais on ne sait pas trop comment faire pour passer à la prochaine étape », témoigne-t-elle.

Le Pôle d'innovation régional d'Abitibi-Témiscamingue se mettra en place dans chacune des cinq MRC de la région et un bureau régional ouvrira également ses portes. Le lieu reste à confirmer.

Abitibi–Témiscamingue

Innovation technologique