•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vente sur place : un plus pour deux microdistilleries gaspésiennes

Michael Briand, cofondateur de la distillerie O'Dwyer, remplit des bouteilles de gin.

Michael Briand, cofondateur de la distillerie O'Dwyer

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis le 18 juillet, date depuis laquelle les distilleries du Québec peuvent vendre leurs produits à même leurs locaux de fabrication, deux microdistillateurs de gin gaspésiens affirment y trouver leur compte.

Un texte de Brigitte Dubé

Selon Frédéric Jacques de la microdistillerie O’Dwyer à Gaspé, les gens sont un peu surpris de voir que le gin Radoune se vend au même prix qu’à la SAQ. Il explique que les gains ne sont pas monétaires puisque la majorité des profits va à la SAQ.

Le gin Radoune fleure les saveurs de champignons gaspésiens.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gin Radoune fleure les saveurs de champignons gaspésiens.

Photo : Radio-Canada

Il estime que les avantages se décrivent plutôt en termes de visibilité.

« Les gens, des fois, ne nous croient pas quand on leur dit qu’on distille de l’alcool à Gaspé, qu’on fait tout à la main. On est toujours constamment en train d’embouteiller et de distiller. Les gens voient ce qu’on fait et s’approprient la distillerie. »

— Une citation de  Frédéric Jacques, cofondateur de la microdistillerie O’Dwyer à Gaspé

Rupture de stock à La Société secrète

Baril de ginAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une autre quantité de gin sera embouteillée samedi.

Photo : page Facebook

À la microdistillerie La Société secrète de Percé, qui vient à peine de lancer son gin Les herbes folles, le succès des visites est tel qu’on est en rupture de stock.

Selon le cofondateur, Mathieu Fleury, les amateurs de gin affluent à l’ancienne église anglicane Saint James de Cap-d’Espoir.

Mathieu Fleury, avoue avoir été un peu pris par surprise. Selon les informations qu’on avait, on pensait que la vente sur place allait être autorisée seulement à l’automne, raconte-t-il.

« Juste avec le bouche-à-oreille, sans affiche et même sans caisse enregistreuse, on a reçu un raz-de-marée de visiteurs et on a écoulé tout notre stock. »

— Une citation de  Mathieu Fleury, cofondateur de la Société secrète

Il ajoute que du gin en vrac sera embouteillé samedi et qu'il sera disponible dimanche à la distillerie. Ces bouteilles étaient destinées à la SAQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !