•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les juifs hassidiques ont quitté Sainte-Agathe-des-Monts

Une grande maison blanche, un peu semblable à toutes les autres.

La maison qui pose problème à Sainte-Agathe-des-Monts.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les juifs hassidiques qui avaient jusqu'à jeudi pour quitter Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides, ont fait leurs valises. Leur départ fait suite à une injonction de la Cour supérieure du Québec.

L'injonction du 7 juillet dernier devait être valide dès le lendemain, mais la Municipalité s'était entendue avec les leaders de la congrégation « et Yechiva » sur un délai supplémentaire d'une vingtaine de jours afin de pouvoir réinstaller adéquatement tout le monde.

Ce délai – qui expirerait jeudi à 17 h – a été respecté, a confirmé un porte-parole de la Ville, vendredi.

L'inverse aurait pu coûter cher aux leaders de la communauté : l'entente conclue avec eux prévoyait une amende de 20 000 $. Sans compter qu'une accusation d'outrage au tribunal aurait pu être déposée si l'injonction n'avait pas été respectée.

En froid avec la communauté depuis quelques années, la Ville était allée devant les tribunaux au début du mois afin d'obtenir un avis d'éviction contre la congrégation, plaidant que ses membres violaient les règlements municipaux en utilisant un bâtiment situé dans un quartier résidentiel comme un lieu de culte et un dortoir.

Les voisins, excédés, se plaignaient d'un va-et-vient constant et de fêtes se prolongeant jusqu'à tard dans la nuit; d’autres, des tas d’ordures qui s’accumulaient sur le terrain.

« Ils font des usages qui ne sont pas permis par la réglementation », a résumé le maire Denis Chalifoux, jeudi, à l'émission Le 15-18, sur ICI Radio-Canada Première. « Ils créent des nuisances. »

Des représentants de la congrégation s'étaient engagés par le passé à apporter des correctifs, mais dans les faits, ils se contentaient de payer les amendes réclamées par la Ville et ne quittaient les lieux qu'une fois l'été terminé, selon le récit de M. Chalifoux.

Le maire dit ne pas savoir à qui appartient le bâtiment, mais il croit qu'il a été loué à la congrégation « et Yechiva » par la communauté Lev Tahor, qui a quitté les lieux dans la précipitation il y a quelques années pour se réfugier en Ontario puis au Guatemala.

Un membre de la communauté hassidique de Montréal, Alex Werzberger, a admis jeudi que les maisons servaient d'école privée pour des garçons pendant l'été, et que ceux-ci avaient peut-être été un peu bruyants. Mais selon lui, ces écarts de conduite ne justifiaient pas un avis d'éviction.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.