•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écologie Ottawa exige davantage de toits verts sur les nouvelles constructions

De la verdure est présente sur les murs et le toit d'un édifice à logements.

Le cadre législatif viserait notamment les nouveaux immeubles commerciaux, industriels et institutionnels.

Photo : iStock

Radio-Canada

L'organisme Écologie Ottawa demande à la Ville d'Ottawa d'adopter un règlement pour rendre les toits verts beaucoup plus communs dans la capitale nationale, à l'image d'autres villes nord-américaines, comme Toronto.

Un texte d'Omayra Issa

Le cadre législatif viserait notamment les nouveaux immeubles commerciaux, industriels et institutionnels.

« Il y a d’autres villes, comme Toronto, Chicago, Philadelphie, qui sont des vraies leaders lorsqu’on parle d’infrastructures vertes », explique le directeur général d’Écologie Ottawa, Robb Barnes, ajoutant que cela permettrait de combattre le changement climatique.

Pour une ville, c’est un investissement dans le futur.

Robb Barnes, directeur général d'Écologie Ottawa

À Toronto, un règlement exige depuis 2009 qu’au moins 20 % de la surface des toits des nouvelles constructions dont l’étendue au sol est de 2000 mètres carrés et plus soit recouverte de verdure.

M. Barnes estime que la Ville d'Ottawa doit aller au-delà de la « phase d’expérimentation » dans le développement d’infrastructures vertes.

Les toits verts permettent notamment de réduire les îlots de chaleur et de faire des économies d’énergie en atténuant les besoins en climatisation ou en chauffage. Ils permettent aussi de retenir les eaux pluviales et d’avoir une meilleure qualité de l’air.

« Nous sommes en train de demander à la Ville d’Ottawa d’avoir plus d’ambition quand on parle d’infrastructures vertes, surtout dans le contexte d’un climat plus chaud », précise M. Barnes.

Prudence à l’hôtel de ville

Le maire d’Ottawa se dit favorable aux toits verts, sans toutefois se prononcer sur la proposition d'Écologie Ottawa.

Jim Watson souligne qu’il faudrait évaluer les coûts économiques et « écologiques » de la mise en oeuvre d’une telle initiative.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, se dit en faveur des toits verts et promet de présenter des initiatives en matière d'écologie à l'automne prochain.

Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

« Je sais qu'il y a des personnes qui pensent que c'est une bonne idée et d'autres personnes qui pensent que ça coûte beaucoup d'argent et que ça va augmenter le prix d'une maison. Et ça, c'est une inquiétude importante », avance-t-il.

Le maire Watson dit qu’il présentera des initiatives écologiques à l’automne en vue des prochaines élections municipales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Changements climatiques