•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La décision de l'arbitre déçoit les Métallos pour les Tim Hortons de Sept-Îles

La devanture de l'un des quatre restaurants Tim Hortons de Sept-Îles.

Facade de l'un des quatre restaurants Tim Hortons de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Sept-Îles, les employés des quatre Tim Hortons ont officiellement obtenu leur première convention collective après que l'arbitre au dossier a rendu sa décision. Le syndicat des Métallos s'est dit tout de même déçu et estime que l'arbitre aurait penché davantage en faveur de la partie patronale notamment en matière de rémunération.

Selon le syndicat des Métallos, cette convention reconnait l'ancienneté des employés, permet d'octroyer des primes pour certains quarts de travail et prévoit d'ajouter un congé mobile ainsi qu'une quatrième semaine de vacances après vingt ans de services.

Permanent au Syndicat des Métallos, Dany Maltais, précise la portée de la nouvelle convention.

Ce n’est pas une convention collective qui est très lourde pour la partie patronale, fait-il valoir. Nous, on s’attend, c’est certain, qu’on la respecte parce qu’essentiellement je vous dirais l’arbitre a rendu une décision qui touche aux normes du travail, il ne nous a pas accordé rien de plus que les normes du travail, donc ça nous garantit, nous autres, que les normes vont être respectées minimalement et ça nous donne un recours par la procédure du grief.

Dany Maltais est représentant syndical
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dany Maltais est représentant syndical

Photo : Radio-Canada

« Le gain au niveau normatif, c’est essentiellement tout ce qui touche l’ancienneté, donc l’ancienneté dans les vacances, dans les choix d’horaires, ce qui était très important pour les travailleurs, alors il va être important que l’employeur la respecte. »

— Une citation de  Dany Maltais, permanent au Syndicat des Métallos

Début avril, les avocats des syndiqués et de la partie patronale des restaurants Tim Hortons avaient plaidé devant un arbitre du Tribunal administratif du travail pour définir les paramètres de cette convention.

L'avocat Claude Leblanc durant l'une de ses plaidoiries pour le syndicat des Métallos devant l'arbitre du Tribunal administratif du travail.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avocat, Claude Leblanc, représente le syndicat des Métallos devant l'arbitre du Tribunal administratif du travail.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Nous avons tenté d’obtenir des commentaires de la partie patronale sans succès.

La prochaine négociation pour le renouvellement de cette convention collective aura lieu dans 18 mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !