•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2000 chirurgiens-dentistes se retirent de la RAMQ

Les explications de Caroline Belley
Radio-Canada

Des milliers de chirurgiens-dentistes du Québec se sont officiellement retirés du régime public des soins dentaires jeudi, puisqu'ils ne sont toujours pas parvenus à s'entendre avec le gouvernement québécois.

Quelque 2000 avis de désaffiliation à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) ont été déposés ce matin, a indiqué le président de l’Association des chirurgiens-dentistes du Québec (ACDQ), Serge Langlois, lors d'un point de presse.

M. Langlois a toutefois voulu rassurer la population en affirmant que cette défection n’entrera pas en vigueur avant un mois et que les services d’urgence seront assurés. « Il nous reste 30 jours pour nous entendre, mais pour cela, il faut que M. Barrette mette fin à son attitude qui cherche à faire porter aux dentistes l’odieux d’une situation qu’il a lui-même créée », a-t-il déclaré.

Il n’y a donc aucune raison de paniquer et de croire les épouvantails que ne manquera pas d’agiter le ministre de la Santé pour camoufler son refus d’améliorer le régime public de soins dentaires et sa volonté d’imposer aux dentistes des baisses de revenus.

Serge Langlois, président de l’Association des chirurgiens-dentistes du Québec (ACDQ)

Une seconde série de formulaires de retrait sera également déposée « d’ici la fin de la période de vacances ».

L'ACDQ estime qu'au moins les deux tiers des quelque 3700 dentistes qui facturent leurs services à la RAMQ se retireront du régime public.

Cette dissociation aura pour conséquence de priver plus de 600 000 personnes de soins dentaires gratuits, soit les enfants de moins de 10 ans et les assistés sociaux.

Entrevue avec Serge Langlois

Québec répliquera par un arrêté ministériel

Peu après l'annonce des chirurgiens-dentistes, le bureau du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fait savoir qu’« un arrêté ministériel sera signé dans les prochaines heures afin d'assurer la couverture des services », lorsque les avis seront parvenus à la RAMQ.

Le ministère de la Santé a réitéré être « ouvert à négocier » et a de nouveau accusé l'Association des chirurgiens-dentistes du Québec de propager « des propos erronés sur la place publique », alors que les négociations ont toujours lieu.

En mêlée de presse en début d'après-midi, le ministre Barrette a déclaré que « l’enjeu à la table de négociations est un enjeu financier ».

Je pense qu’à la conférence de presse de M. Langlois, le chat est sorti du sac. On ne parle pas ici de conditions, on a parlé d’argent. Ce n’est pas à l’Association des chirurgiens-dentistes de déterminer les orientations du gouvernement quant à la couverture des soins, ça, c’est la prérogative du gouvernement. Par contre, ce qui semble être l’enjeu de toute évidence, c’est l’enjeu monétaire.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette

« Ce n’est pas à la table de négociations que l’on va déterminer le panier de services, a ajouté le ministre. À la table de négociations, on détermine le paiement dudit service. Il faut mettre les choses dans le bon ordre », a poursuivi le ministre.

Les chirurgiens-dentistes ne sont pas les premiers à menacer de quitter la RAMQ : les optométristes l'avaient fait eux aussi cet hiver. Un arrêté ministériel, qui est contesté devant les tribunaux, les a toutefois empêchés de le faire.

« Un vieux modèle de négociation »

Pour Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé, la façon de faire du ministre Barrette est périmée.

Ce que je déplore de la façon de négocier du ministre Barrette, c’est que c'est un vieux modèle de négociation où il semble être obligé de braquer l’autre jusqu'à l’extrême pour que, finalement, il y ait quelque chose qui débloque. C’est périmé ce mode de négociation là.

Diane Lamarre, porte-parole de l'opposition en manière de santé

Elle déplore aussi le délai de trois ans depuis la fin de l'entente avec le gouvernement. « Il y a des limites-là. Quand on attend trois ans et demi, on incite les gens à aller vers des mesures extrêmes », ajoute-t-elle.

Les pourparlers stagnent

L'entente actuelle entre l'Association des chirurgiens dentistes du Québec et le gouvernement est échue depuis avril 2015. Elle prévoit notamment que les soins dentaires des enfants âgés de moins de 10 ans et des prestataires d'aide sociale soient couverts par l'État.

Le gouvernement du Québec et l’ACDQ ont entamé le processus de négociation en mai 2017, mais aucune entente n’a été conclue depuis.

Mardi, les chirurgiens-dentistes avaient demandé l’intervention du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, afin de faire avancer les négociations dans le dossier du régime public de soins dentaires. L’ACDQ soutenait notamment avoir fait plusieurs compromis. Le ministre Gaétan Barrette avait alors répondu aux dentistes de présenter une « liste complète finale et priorisée » à la table des négociations, ajoutant que l'emploi de la menace n'était pas nécessaire.

Les points épineux dans cette négociation, selon les chirurgiens-dentistes, portent sur les frais d’exploitation des cabinets dentaires, qui touchent la rémunération des dentistes et l’amélioration des services offerts aux personnes couvertes par le régime public. « On vit avec un régime qui est très de base », estime le président de l’ACDQ, Serge Langlois.

« Ce que les dentistes souhaiteraient, c’est […] d’être capable de rendre [aux personnes couvertes par le régime public] des traitements au même niveau que ceux rendus aux personnes dans le privé », a-t-il expliqué.

Politique provinciale

Politique