•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'arbre emblématique de la Ville de Québec menacé

Un orme atteint de la maladie hollandaise, au coin du boulevard Langelier et de la rue Saint-François, à Québec.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Radio-Canada

L'arbre emblématique de la capitale, l'orme d'Amérique, est toujours menacé par la maladie hollandaise. Pour éviter la propagation du champignon ravageur, la Ville de Québec a annoncé jeudi l'utilisation d'un nouveau traitement préventif.

Un texte de Charles D'Amboise et de Fanny Samson

La Ville a marqué d'un trait orange les ormes qui seront bientôt coupés dans les prochaines semaines, quatre sur le boulevard Langelier et un dans le parc Saint-Matthew.

Chaque année, 70 ormes de la municipalité sont coupés.

« Quand l'insecte pique l'orme pour déposer ses oeufs, le champignon pénètre dans les vaisseaux de sève et va contaminer les vaisseaux de sève. Le champignon en grossissant bouche le vaisseau et une branche brune apparaît », indique l'arboriculteur Jean Lamontagne.

Les lignes brunes démontrent que l'orme est atteint de la maladie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les lignes brunes démontrent que l'orme est atteint de la maladie.

Photo : Radio-Canada / Fanny Samson

Le conseiller à l'environnement de la Ville, Christian Bélanger, affirme qu'une légère hausse du nombre de cas est enregistrée depuis quelques années.

Pour éviter que le champignon se propage davantage, un traitement préventif, disponible depuis peu, sera utilisé.

« C'est le retour de l'injection de l’Arbotect 20-S qui est un fongicide qui est un traitement préventif pour éviter que les ormes ciblés soient atteints par la maladie hollandaise », dit-il, sans savoir pour l'instant combien d'ormes recevront le vaccin.

Qu’est-ce que la maladie hollandaise de l’orme?

C’est une maladie causée par un champignon qui bloque les vaisseaux conducteurs de la sève de l'orme d’Amérique et fait pourrir l’arbre lentement. Des insectes du groupe des scolytes transmettent ce champignon et peuvent contaminer les ormes de grande taille. La maladie est très rapide. Si elle s’attaque à une des branches de l’arbre au début juillet, il sera mort à la fin du mois d’août.

Les symptômes d’un arbre contaminé :

- les feuilles flétrissent et sèchent rapidement, mais ne tombent pas.
- les feuilles deviennent habituellement jaunes ou brunes avant même que l'automne arrive, et ne tombent pas de l'arbre.

Où sont les ormes à Québec?

Près de la Grande-Allée, des Plaines, du Parlement, au milieu du boulevard Langelier et du Jardin Jeanne-d'Arc, notamment.

Le retour du vaccin

L'arboriculteur Jean Lamontagne affirme avoir reçu plusieurs demandes de soumissions de la part de la Ville de Québec et de la Commission des champs de bataille nationaux pour prévenir la maladie au moyen du vaccin.

« Ça faisait bien 15 ou 20 ans que la Ville ne traitait plus, souligne-t-il. Ça démontre qu’il y a un problème. »

Dans les années 80, la maladie hollandaise pouvait être traitée au moyen d’un vaccin curatif. Au cours des années 90 toutefois, le champignon a évolué, rendant le vaccin inefficace.

« Il a été beaucoup plus virulent, à partir de là […] il a frappé extrêmement fort et on ne pouvait plus faire de traitement curatif », raconte M. Lamontagne.

Le vaccin a donc été retiré du marché. Le traitement est de retour depuis environ trois ans, souligne-t-il.

« Aussitôt que la maladie est rentrée dans l’arbre, il n’y a rien à faire. Donc le préventif, c’est avant que l’arbre aille la maladie », précise-t-il.

Le Jardin Jeanne-D'Arc menacé

La situation est particulièrement inquiétante au Jardin Jeanne d'Arc, sur les Plaines, où le traitement est envisagé.

Un orme vient tout juste d'être abattu, peu de temps après son voisin aussi malade. La maladie a commencé à se propager d'un arbre à l'autre, tous enlignés, l'an dernier.

« Ce qu'on craint et ce qu'on ne veut pas non plus, c'est qu'étant donné que c'est toute une ceinture d'ormes autour du Jardin Jeanne-D'arc, à ce moment-là, on ne veut pas que la maladie se propage », explique le responsable des espaces verts à la Commission des champs de bataille nationaux, Étienne Casgrain.

Un orme atteint de la maladie hollandaise, au coin du boulevard Langelier et de la rue Saint-François, à Québec.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un orme atteint de la maladie hollandaise, au coin du boulevard Langelier et de la rue Saint-François, à Québec.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Arbre emblématique de la Ville

Jean Lamontagne estime qu'environ 90 % des ormes ont disparu de la province.

À Québec, ils sont encore bien présents. Il y a environ 22 000 ormes sur le territoire de la capitale et 7000 appartiennent à la Ville.

Si la Ville en a encore autant, c'est grâce à son programme de lutte contre la maladie hollandaise, mis en place en 1981.

Grâce à la politique de la Ville de Québec qui oblige de couper l’orme aussitôt qu’il a la maladie. C’est ça qui fait qu’on a encore plusieurs milliers d’ormes à Québec.

Jean Lamontagne, arboriculteur

Dix ans plus tard, la capitale a adopté l’orme d’Amérique comme arbre-emblème.

Québec

Environnement