•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le théâtre radiophonique de Félix Leclerc

    Dans un studio de radio, les comédiens Félix Leclerc et Ginette Berger ont leur texte à la main qu'ils lisent devant un micro.
    Les comédiens Félix Leclerc et Ginette Berger en studio pour l'enregistrement du radioroman C'est la vie, le 8 août 1941. Photo: Radio-Canada / Henri Paul

    Félix Leclerc, père de la chanson québécoise. Saviez-vous qu'avant l'envol de sa carrière musicale, le poète avait travaillé de longues années à la radio de Radio-Canada? À l'occasion du 30e anniversaire de son décès, découvrez nos archives de Félix Leclerc, auteur de dramatiques radiophoniques.

    Dans les années 40, avant d’être le chanteur à la guitare, Félix Leclerc s’est démarqué à la radio comme annonceur, comédien et, surtout, comme auteur.

    C’est ce qu’il raconte à l’animateur Guy Boucher à l’émission Jeunesse oblige du 17 novembre 1967.

    En 1934, une fois ses études terminées, Félix Leclerc se rend à Québec, où il est annonceur à la station de radio CHRC. En 1937, il passe à la station CHLN de Trois-Rivières. Il compose alors ses premières œuvres radiophoniques.

    Pour « améliorer le petit métier que je commençais à avoir », explique-t-il dans cette entrevue, Félix Leclerc sait cependant qu’il doit se rendre à Montréal et y travailler.

    « J'avais commencé à faire des chansons, mais je cachais tout ça dans mes tiroirs », confie-t-il à l’animateur.

    En 1939, errant dans les couloirs de Radio-Canada, Félix Leclerc tombe sur Guy Mauffette. Le réalisateur bien en vue lui donnera sa chance dans la boîte. Il lui fait rencontrer des comédiens et fait circuler ses textes à Radio-Canada.

    Dans un studio de radio, derrière un microphone sur pied, Guy Mauffette s'exprime, les bras en l'air.Guy Mauffette dans un studio d'enregistrement pour la Rumba des radioromans, le 13 mars 1940 Photo : Radio-Canada / Henri Paul

    Il [Guy Mauffette] m'a amené dans tout ce monde imaginaire, tout ce monde de rêve qui me plaisait infiniment et, en échange, moi je lui parlais de la nature!

    Félix Leclerc

    Félix Leclerc fait quelques incursions comme comédien pour des radioromans, Un Homme et son péché et La Vie de famille notamment. Puis il devient auteur de contes, de fables et de séries dramatiques, qu’il narre bien souvent pour la radio de Radio-Canada.

    La première série dramatique que Félix Leclerc écrit pour la radio s’intitule Je me souviens. Nous vous présentons un extrait du 21 novembre 1941. À l’occasion du centenaire du décès de Sir Wilfrid Laurier, l’émission est consacrée à l’histoire de l’homme politique canadien.

    Parmi la distribution de cette huitième émission de la série Je me souviens : François Bertrand, Judith Jasmin et Miville Couture qui deviendront tous de grandes figures de Radio-Canada.

    Félix Leclerc rigole avec Miville Couture.En préparation de l'émission radio Je me souviens, l'auteur du texte et comédien Félix Leclerc rigole avec le comédien Miville Couture. 12 novembre 1943 Photo : Radio-Canada / Henri Paul

    En peu de temps, Félix Leclerc acquiert une solide réputation sur les ondes de la société d’État. Avec son ton nouveau aux saveurs de terroir, le rythme de ses histoires et sa voix, profonde et chaleureuse, il enchante les auditeurs.

    Le poète peaufine sa plume à travers ses écrits dramatiques pour la radio.

    Dans le conte Ti-Jean, diffusé à l’émission Nouveautés dramatiques du 9 octobre 1953, la signature de Félix Leclerc semble bien établie. L’annonceur ne manque pas de le souligner en introduction : « Félix Leclerc a nourri nos esprits de merveilleux. Ses contes font la joie de notre génération et de nombreuses générations encore y prendront plaisir. »

    De ses contes composés pour la radio, Félix Leclerc tirera un premier livre, Adagio. Publié en 1943, le recueil devient un succès instantané en librairie. Les 4000 exemplaires du premier tirage s'envolent en moins d'un mois.

    Un engouement qui correspond bien à l’abondance de lettres et de télégrammes que Radio-Canada reçoit des auditeurs qui adressent au poète encouragements et félicitations.

    Félix Leclerc chantant sur un tabouret avec sa guitareLe chanteur québécois Félix Leclerc, chantant en s'accompagnant de sa guitare à l'émission Porte ouverte, 17 octobre 1955 Photo : Radio-Canada / Henri Paul

    Et pourtant, c’est la France qui découvre la première la chanson de Félix Leclerc au début des années 50.

    De passage au Québec, l’impresario français Jacques Canetti lui fait enregistrer une douzaine de ses compositions pour l’étiquette Polynor. Trois mois plus tard, Félix Leclerc est engagé comme chansonnier pour faire la première partie des Compagnons de la chanson à l’ABC de Paris. Il y restera trois ans.

    Le 30 novembre 1953, Félix Leclerc est de retour à Montréal. Son vieil ami Guy Maufette le programme à l’émission de variétés qu’il anime, Carrousel.

    Les Québécois découvrent à leur tour le chansonnier Félix Leclerc, le premier d’ici.

    « Bravo pour CRTM! Bravo pour CBF! Bravo pour Le P'tit bonheur! Bravo pour La P’tite misère! Bravo pour Les Trois Beaudets et bravo pour Carrousel! » déclame l’animateur Guy Maufette.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts