•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perry Bellegarde réélu chef de l'Assemblée des Premières Nations

Perry Bellegarde est réélu chef de l'Assemblée des Premières Nations avec 63 % des voix au deuxième tour de scrutin.
Perry Bellegarde est réélu chef de l'Assemblée des Premières Nations. Photo: The Canadian Press / DARRYL DYCK
Radio-Canada

Le chef titulaire de l'Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a été réélu pour un deuxième mandat de trois ans, obtenant 63 % des voix au deuxième tour de scrutin.

Perry Bellegarde a remporté la victoire après avoir reçu 328 votes, ce qui l'a poussé au-dessus du seuil de 60 % nécessaire pour gagner.

Il lui a fallu deux tours de scrutin pour se démarquer d'un groupe de cinq candidats. Au deuxième tour, Sheila North, une grande chef du Manitoba, a obtenu 125 votes, arrivant en deuxième place. Miles Richardson, ancien président de la Nation Haïda, s'est classé troisième avec 59 voix et Russ Diabo a terminé son parcours avec 10 voix.

La cinquième candidate, Katherine Whitecloud, a abandonné après le premier tour de scrutin.

Au total, 538 chefs et mandataires ont voté mercredi.

Perry Bellegarde est membre de la Première Nation de Little Black Bear en Saskatchewan. Celui qui mise sur une relation étroite avec le gouvernement Trudeau se fait toutefois régulièrement reprocher d’être trop près du premier ministre, notamment par ses rivaux, et de ne pas assez consulter les nations autochtones dans le processus décisionnel.

Une ministre accusée d’ingérence

Une controverse a éclaté entre le premier et le deuxième tour de scrutin après que Russ Diabo, un analyste politique de Kahnawake, eut accusé la ministre des Relations entre la Couronne et les Autochtones, Carolyn Bennett, de s'ingérer dans les élections.

Il l'a accusée d' « ingérence politique » parce qu'elle avait rencontré un groupe de chefs le jour du vote. M. Diabo a déclaré que les ministres fédéraux ne devraient pas rencontrer les dirigeants autochtones au moment du vote.

« C'est la première fois que je vois un ministre influencer les chefs le jour du vote. Je considère cela comme de l'ingérence politique », a-t-il déclaré.

Le bureau de Mme Bennett n'était pas immédiatement en mesure de commenter la nouvelle.

L'APN est un groupe de pression national chargé de défendre les intérêts des Premières Nations selon les directives de ses membres. Le plus souvent, cela implique de faire pression sur le gouvernement fédéral dans des domaines tels que les soins de santé, les infrastructures, le territoire et l'éducation.

Des félicitations

L'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) n'a pas tardé à féliciter Perry Bellegarde pour sa victoire.

« L'APNQL continuera à compter sur l'appui du Chef national Bellegarde pour renforcer notre juridiction au chapitre des enjeux politiques fédéraux actuels et à venir, notamment en matière d'éducation, de logement, des langues, de sécurité publique et de la relation avec la Couronne et ce, en respect des particularités des communautés qui composent la région Québec-Labrador », a déclaré Ghislain Picard, Chef de l'APNQL.

Avec des informations de CBC

Autochtones

Politique