•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • L’alpinisme : conquérir les grands sommets du monde en 1962

    Le sommet enneigé de la montagne Annapurna au Népal.
    Depuis longtemps, des alpinistes tentent de gravir les plus hauts sommets du monde. Photo: Radio-Canada / Reportage de l'émission Premier Plan du 28 décembre 1962

    Le désir d'atteindre des sommets qui semblent inatteignables et de maîtriser la montagne et la nature meurtrière est au cœur de l'alpinisme. Déjà en 1962, certains des plus hauts sommets du monde avaient été atteints par des aventuriers sans peur. Découvrez leur motivation à travers le témoignage de deux alpinistes.

    Le récent décès de l’alpiniste québécois Serge Dessureault sur le K2 a remis en lumière un sport extrême peu accessible, mais absolument envoûtant pour ses pratiquants.

    La montagne est un monde à part. Un monde qui nous échappe, car il se situe au-delà de la limite du vertige, de la facilité, de l’ostentation.

    Jean Sarrazin, animateur

    Les alpinistes qui aspirent à conquérir les plus hauts sommets du monde mettent leur vie en péril à chaque pas. Que ce soit l’Everest, le K2, l’Annapurna ou autres, ces montagnes meurtrières ont fauché la vie de nombreux alpinistes qui ont tenté de les gravir.

    Les conditions sont extrêmement difficiles. Il faut braver un froid intense et des conditions météorologiques changeantes, l’altitude, des terrains accidentés, tout en étant privé d’une grande quantité d’oxygène.

    Pourtant, l’attrait de gravir ces montagnes connaît de nos jours une popularité croissante. L’adrénaline est de plus en plus recherchée. Mais ce ne fut pas toujours le cas.

    L’alpinisme selon Pierre Garneau

    En 1962, le Canadien Pierre Garneau affirme que la pratique ne trouve pas encore un grand écho au Canada. Peut-être cela découle-t-il de l’éloignement des montagnes ou le manque d’envie de faire un si grand effort?

    L’alpiniste chevronné s’entretient avec l’animateur et journaliste Jean Sarrazin à l’émission Dimanche-magazine du 25 novembre 1962. Ensemble, ils discutent des différentes pratiques de l'alpinisme.

    Les alpinistes qui s’aventurent doivent faire preuve de patience, de force physique et mentale, de précision et surtout d'une incroyable endurance.

    Et ils doivent pratiquer ce sport en étant pleinement conscients du danger qui les guette sur les versants des montagnes.

    L’exploit controversé de Maurice Herzog

    On ne recherche pas le danger pour le danger. C’est en voulant faire de grandes ascensions, de grandes montagnes que l’on rentre obligatoirement une certaine dose de danger. Le but de l’alpinisme, c’est de tout mettre en œuvre pour diminuer dans toute la mesure du possible les risques inhérents à ces ascensions en haute montagne.

    L’alpiniste français Maurice Herzog a effectué en 1950 l’ascension de l’Annapurna, la dixième plus haute montagne au monde.

    Il livre sa philosophie de l’alpinisme au journaliste Wilfrid Lemoine à l’émission Premier Plan du 28 décembre 1962.

    À noter, l’exploit de l’expédition de Maurice Herzog a été remis en question dans les années 2000. Certains contestent le fait qu’il ait vraiment atteint le sommet de l’Annapurna.

    Bien que controversé, l’alpiniste français est tout de même parmi les premiers à avoir expérimenté les aléas de cette montagne népalaise colossale.

    Pour Herzog, la pratique de l’alpinisme est plus qu’un sport, c’est essentiellement une lutte avec soi-même, une recherche intérieure d’un idéal.

    L’animateur Jean Sarrazin décrit l’alpinisme en 1962 comme un exercice spirituel et corporel de haute précision. La quête des hauts sommets du monde est sans contredit l’objet d’une grande fascination qui ne tarira pas de sitôt.

    L’Everest en bref

    • L'ascension de l'Everest demeure la plus prestigieuse conquête alpine au monde.
    • La montagne est nommée en l'honneur du chef du service géodésique de l'Empire britannique des Indes, sir George Everest.
    • La première expédition de reconnaissance est organisée par des Anglais en 1921.
    • En 1922, la première route vers le sommet est entreprise par l'équipe dirigée par George H. Leigh Malory.
    • La hauteur de l'Everest équivaut à celle d'un édifice de 3000 étages.
    • Le sherpa Tenzing Norgay et le Néo-Zélandais Edmund Hillary réussissent la première ascension complète de l'Everest en 1953.
    • En 1982, Laurie Skreslet et Pat Morrow sont les premiers Canadiens à toucher la cime de l'Everest.
    • Le 15 mai 1991, l’alpiniste devient le premier Québécois et le sixième Canadien à gravir l’Everest après 60 jours d’expédition.
    Encore plus de nos archives

    Archives

    Sports