•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme pour vaincre la dépendance à la méthamphétamine à Winnipeg

Une femme portant des lunettes fumées sur sur sa tete se tient devant l'intersaction de deux rues.
Jenna Wirch a fondé un programme pour lutter contre la dépendance à la méthamphétamine après le suicide d'une amie qui faisait face à ce problème. Photo: Radio-Canada / Travis Golby
Radio-Canada

La dépendance à la méthamphétamine cause des ravages dans l'Ouest canadien, et particulièrement à Winnipeg, où les accusations de possession de cette drogue ont bondi de 890 % depuis 2012. Un organisme autochtone a mis sur pied un programme pour venir en aide à ceux qui sont aux prises avec ce problème.

C'est le suicide d'une mère de quatre enfants dépendante à la méthamphétamine qui a été le déclencheur pour la création du programme. Melissa Ross, 26 ans, n'a pas réussi à obtenir l'aide dont elle avait besoin et s'est enlevé la vie alors qu'elle était enceinte.

Nous aurions dû être là pour elle. La communauté aurait dû être là pour elle.

Jenna Wirch, amie de Melissa Ross et fondatrice du programme

Son amie Jenna Wirch, qui est coordonnatrice de l'engagement auprès des jeunes pour l'organisme Aboriginal Youth Opportunities, a décidé de lancer le programme en mémoire de celle avec qui elle a grandi dans les rues de Winnipeg. Les personnes qui consomment de la méthamphétamine sont invitées, les samedis matin, à aller prendre un café et discuter de l'aide qui est offerte.

Les rencontres ont lieu à l'hôtel Merchant, de l'avenue Selkirk, un endroit autrefois reconnu comme étant malfamé. Selon Jenna Wirch, les gens du coin attendaient que quelque chose de positif arrive dans ces locaux.

Le programme veut rassembler des personnes qui ont pris de la méthamphétamine peu de temps auparavant et, pendant que son effet s'estompe progressivement, qu'elles soient encouragées par les autres à ne pas se droguer, le tout, sans jugement. Il s'appuie sur principes : la souveraineté, la récupération, la sécurité sur le plan culturel et la l'autodétermination.

Photo oblique d'une femme autochtone devant un cadre de porte.Melissa Ross, une mère de quatre enfants, s'est suicidée alors qu'elle était enceinte parce qu'elle n'arrivait pas à trouver de l'aide pour combattre sa dépendance à la méthamphétamine. Photo : Facebook/Melissa Ross

Jenna Wirch espère que les participants pourront devenir des mentors pour d'autres et ainsi avoir un effet d'entraînement. Elle aimerait à long terme engager trois personnes pour offrir du soutien aux personnes dépendantes.

La fondatrice du programme souhaite aussi mettre sur pied une ligne téléphonique, que les consommateurs de méthamphétamine peuvent appeler lorsqu'ils demandent de l'aide alors qu'ils ne sont pas drogués. Aboriginal Youth Opportunities n'a toutefois pas les ressources financières nécessaires pour l'instant, puisqu'il s'agit d'une organisation formée de jeunes démunis.

La soeur de Melissa Ross, Angela Ross-Cameron, croit qu'un tel programme aurait été important pour sa soeur.

Elle cherchait de l'aide et n'arrivait pas à en trouver facilement. C'était difficile de la voir passer à travers ça.

Angela Ross-Cameron, soeur de Melissa Ross

La police de Winnipeg croit que la méthamphétamine provient des cartels de drogue du Mexique. Elle souligne que c'est un moteur de la criminalité dans la capitale manitobaine et que cela met à rude épreuve les ressources disponibles à Winnipeg.

Manitoba

Drogues et stupéfiants