•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Toronto : de nouveaux détails sur la vie du tireur

La Police de Toronto sur les lieux de la fusillade, au lendemain de l'événement.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Radio-Canada

La police de Toronto affirme que « rien ne porte à croire » que l'auteur de la fusillade de dimanche est lié au groupe armé État islamique (EI), alors que de nouveaux détails émergent sur sa vie.

Un peu plus tôt mercredi, l'EI avait revendiqué l'attaque, sans fournir de preuve.

Les policiers démentent cette revendication, indiquant que leur enquête se poursuit. Les motivations du tireur, Faisal Hussain, demeurent inconnues.

On va continuer à explorer toutes les pistes, affirme le chef de police Mark Saunders, y compris interroger ceux qui connaissaient M. Hussain, examiner ses activités en ligne et se pencher sur ses problèmes de santé mentale.

Le suspect marchant dans la rueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le suspect n'a toujours pas été identifié.

Photo : Radio-Canada

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avait soutenu plus tôt cette semaine qu'il n'y avait aucun lien entre cet individu et la sécurité nationale.

Arme des États-Unis

La police de Toronto collabore également avec les autorités américaines pour identifier l'origine exacte de l'arme du crime, qui provenait des États-Unis, selon CBC.

Il n'a pas été révélé pour l'instant comment Hussain s'était retrouvé en possession de cette arme.

Faisal Hussain n'avait pas de casier judiciaire, selon la police de Toronto.

Des amis et des voisins l'ont décrit comme un homme timide et discret alors que les proches de M. Hussain ont indiqué qu'il souffrait de psychose et de dépression.

Un policier surveillant la scène.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un policier surveillant la scène au lendemain de la fusillade mortelle du 22 juillet.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Toutefois, il avait été appréhendé à deux reprises alors qu'il était mineur, en raison de ses problèmes de santé mentale, selon une source de CBC.

Il a fréquenté les écoles secondaires Marc Garneau Collegiate Institute et Victoria Park

Le tireur a fait 2 morts et 13 blessés, dimanche soir, après avoir ouvert le feu le long de l’avenue Danforth, une grande artère longée de restaurants familiaux et de bars.

« Popularité instantanée »

Selon l'expert en sécurité Michel Juneau-Katsuya, il s'agissait d'une tentative parasite [de la part de l'EI] de profiter de la situation, alors que le groupe armé est en perte de vitesse de façon très importante.

Pour lui, Hussain ne semblait pas agir selon des motivations terroristes, mais était plutôt une personne souffrant de problèmes mentaux qui recherchait un instant de popularité.

M. Juneau-Katsuya affirme que l'ajout de policiers en uniforme ne réglera pas nécessairement le problème des armes à feu dans les rues de Toronto, mais permettra de donner un sentiment de sécurité supplémentaire aux citoyens.

Il plaide pour une plus grande collaboration entre les différentes autorités.

Toronto veut bannir les armes de poing

Le conseil municipal de Toronto a adopté, mardi soir, une motion demandant à Ottawa de bannir la vente sur son territoire d'armes de poing comme celle utilisée par Faisal Hussain.

Les conseillers demandent par ailleurs à la province d'interdire la vente à Toronto de munitions pour ces armes à feu.

Photo de bouquets de fleurs et d'une bougie le long d'une fontaineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des fleurs laissées à la place Alexander the Great

Photo : Radio-Canada

Les victimes

Les hommages affluent pour Julianna Kozis et Reese Fallon, les deux victimes de cette fusillade.

Les portraits des deux jeunes filles.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les deux personnes tuées lors de la fusillade de dimanche 22 juillet : Julianna Kozis (à gauche) et Reese Fallon (à droite)

Photo : Police de Toronto/Facebook

Une marche à la mémoire des victimes doit avoir lieu mercredi soir. Le maire John Tory et les résidents se rencontreront dans une église locale avant de marcher à la lanterne le long de l'avenue Danforth.

Sécurité accrue à Taste of the Danforth?

Les organisateurs du festival annuel Taste of the Danforth comptent rendre hommage aux victimes de la fusillade à l'occasion de l'édition de cette année, à la mi-août. Ils ne savent pas exactement comment ils le feront pour l'instant.

Nous célébrerons le festival avec des émotions partagées [cette année], confie le porte-parole Howard Lichtman.

Quant à la sécurité, aucune décision n'a encore été prise, précisent les organisateurs. Ce serait bien d'avoir plus de policiers, affirme le restaurateur Marijan Tripkovic. Le festival de rue a accueilli environ 1,6 million de visiteurs en trois jours l'an dernier.

Avec les informations de CBC

Toronto

Crimes et délits