•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un microdisque dur aux maxi-capacités

Un jeune homme aux cheveux longs pointe ses multiples écrans d'ordinateur. Il est assis à son bureau.

Roshan Ashal dans son laboratoire à l'Université de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des chercheurs de l'Université de l'Alberta ont mis au point un disque dur aux capacités inégalées dont le système de stockage a une mémoire atomique 1000 fois plus dense que les disques durs actuels.

Un texte de Nafi Alibert.

Le système de mémoire à l’échelle atomique permet de stocker 138 téraoctets de données par pouces carrés.

Avec cette incroyable densité de mémoire, « l’intégralité des 45 millions de chansons disponibles sur iTunes pourrait tenir dans un disque dur de la taille d’une pièce de 25 cents », a illustré Roshan Achal. Cet étudiant en doctorat au département de physique est un des chercheurs spécialisés en nanosciences qui a collaboré au projet.

Petit, mais costaud

Roshan Achal et ses collègues utilisent une puce en silicone ordinaire qu’ils recouvrent d’une couche d’hydrogène. « Cela nous permet d’inscrire et d’effacer de l’information sur les atomes grâce à un microscope à effet tunnel et une minuscule aiguille », explique-t-il.

Avec cette nouvelle technologie, les chercheurs sont arrivés à stocker un bit d’information dans un seul atome, tandis qu’un disque dur conventionnel en aurait nécessité près de 100 000.

« L’intérêt des nanotechnologies est d’utiliser des composants les plus petits qui soient, mais pour faire plus », partage Kirk Bevan, professeur en génie des matériaux à l’Université McGill, qui salue cette « percée pour la recherche ».

Entre toutes les photos et les vidéos partagées en ligne, et les applications mobiles, « nous utilisons d’énormes quantités de mémoire », continue-t-il. « Il est donc fondamental de développer des technologies qui nous permettent de stocker l’information plus efficacement, et c’est ce que nous aident à faire les nanosciences. »

Le disque dur de Roshan Achal se démarque aussi des autres disques durs atomiques, car il reste stable à température ambiante. Or ce type de nanostructures ne pouvaient jusqu’à présent uniquement fonctionner que si elles étaient conservées à des températures extrêmement froides (- 200 °C)

Si cette technologie est prometteuse, il est encore trop tôt pour l'intégrer dans nos cellulaires, a toutefois tempéré Roshan Achal.

Mais il est convaincu que cette invention pourrait répondre au défi croissant que représente aujourd’hui le stockage des données et réduire la taille des centres qui les hébergent.

Selon ConsoGlobe, ce sont plus de 29 000 gigaoctets d’informations qui sont publiées par seconde. Soit l’équivalent de cinq saisons de Breaking Bad qui seraient téléchargées plus de 1000 fois.

Innovation technologique

Techno