•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une héritière de la famille Bronfman accusée dans une affaire de trafic sexuel

Plan rapproché de Mme Bronfman.

Clare Bronfman, héritière de l'empire Seagram, est accusée de complot d'extorsion en lien avec le scandale de trafic sexuel touchant l'organisation NXIVM.

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Associated Press

Une héritière de l'ancienne distillerie montréalaise Seagram, Clare Bronfman, a été formellement accusée mardi relativement à son implication présumée dans une organisation accusée d'avoir marqué au fer rouge ses fidèles féminines et de les avoir forcées à avoir des relations sexuelles.

La fille du riche homme d'affaires montréalais Edgar Bronfman père a été arrêtée et accusée de complot d'extorsion avec trois autres personnes liées à l'organisation NXIVM.

Mme Bronfman a plaidé non coupable devant la Cour fédérale à Brooklyn, mardi. Son avocate a martelé qu'elle n'avait rien fait de mal.

Clare Bronfman, une ancienne athlète d'équitation, est accusée d'avoir aidé le fondateur et dirigeant de NXIVM, Keith Raniere, à maintenir son emprise sur les membres du groupe. Elle aurait notamment commis des vols d'identité, fait du blanchiment d'argent et intercepté des communications électroniques.

Plus tôt cette année, M. Raniere avait été arrêté au Mexique et rapatrié aux États-Unis pour faire face à des accusations. Il est accusé, avec l'actrice Allison Mack, d'avoir forcé ses fidèles à devenir des « esclaves ».

L'avocate de Mme Bronfman, Susan Necheles, a déclaré dans un communiqué que l'organisation NXIVM n'était pas criminelle, soulignant plutôt qu'elle avait « aidé des milliers de gens ».

Les accusations contre Clare constituent un abus de pouvoir du gouvernement, qui accuse un individu de crimes simplement parce qu'il est en désaccord avec des croyances véhiculées par NXIVM et qui sont soutenues par Clare.

Me Susan Necheles, avocate de Clare Bronfman

Nancy Salzman, l'ancienne présidente de l'organisation, sa fille Laurence Salzman et une ancienne comptable du groupe, Kathy Russell, ont aussi été arrêtées mardi.

Ces trois femmes n'ont pas encore présenté de réponse aux accusations.

Un dessin d'une audience devant un juge, au tribunal.

Clare Bronfman (à l'extrême droite) a comparu mardi devant un juge new-yorkais, où elle a été accusée de complot d'extorsion.

Photo : Associated Press / Elizabeth Williams

Une organisation controversée

Malgré les critiques d'anciens fidèles qui ont décrit l'organisation comme une secte et un système pyramidal, les cours de développement personnel de NXIVM ont attiré des milliers de personnes, dont certaines personnalités de Hollywood.

On comptait notamment parmi les fidèles l'actrice canadienne Nicki Clyne, qui est apparue dans Battlestar Galactica, et India Oxenberg, la fille de l'actrice de Dynasty Catherine Oxenberg.

Les procureurs accusent Allison Mack d'avoir aidé Keith Raniere à recruter des femmes dans une société secrète, dont les membres sont marquées au fer rouge par un symbole qui ressemble aux initiales du dirigeant. Selon les procureurs, les femmes étaient aussi censées répondre aux demandes de leurs « maîtres ».

Keith Raniere et Allison Mack ont nié les allégations pesant contre eux.

Plan moyen de Mme Mack.

L'actrice Allison Mack aurait été une figure importante de l'organisation, impliquée dans le recrutement.

Photo : Associated Press / Bebeto Matthews

L'arrestation de Mme Bronfman n'était pas une surprise. Lors d'une audience en juin, un juge avait refusé de libérer M. Raniere malgré une caution de 10 millions de dollars versée par Clare Bronfman, qui était considérée comme complice par les procureurs.

Dans des documents déposés en cour, le gouvernement a expliqué en détail comment Mme Bronfman aurait donné des dizaines de millions de dollars de sa fortune personnelle à M. Raniere et à son groupe.

L'héritière de Seagram aurait notamment payé plusieurs avocats pour poursuivre les détracteurs de l'organisation.

Dans un billet publié sur un site Internet l'an dernier, Clare Bronfman avait décrit la société secrète comme un « regroupement de femmes ayant véritablement profité à ses membres » qui participaient « librement » aux activités.

Procès et poursuites

International