•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille d'Abdirahman Abdi intente une poursuite de 1,52 M$ contre la police d'Ottawa

Abdirahman Abdi

Abdirahman Abdi, 37 ans, est mort en juillet 2016.

Photo : Courtoisie de la famille

Radio-Canada

Deux ans jour pour jour après la mort d'Abdiraham Abdi, sa famille intente une poursuite de 1,52 million de dollars contre le Service de police d'Ottawa, son chef, Charles Bordeleau, et deux agents impliqués dans une poursuite qui a mené au décès de cet homme d'origine somalienne.

Un texte d'Omayra Issa

M. Abdi, 37 ans, est décédé au lendemain d'une poursuite impliquant les agents Daniel Montsion et David Weir, sur 55 rue Hilda, dans le quartier Hintonburg.

À la suite de l'incident, la police a affirmé être intervenue en raison d'un trouble à l'ordre public.

Dans leur poursuite judiciaire, les cinq membres de la famille du défunt estiment que la police de la capitale nationale a fait preuve de « négligence causant une souffrance mentale ».

Selon des documents de cour, la famille allègue que les deux agents ont utilisé une force excessive en tentant de maîtriser Abdirahman Abdi, alors qu'il aurait touché des gens dans un café du quartier.

« Cette poursuite a deux buts. Le premier est de reconnaître que ce qui s'est passé avec Abdirahman Abdi n'a pas de bon sens. Deuxièmement, la poursuite civile est une façon d'effectuer des changements systémiques », a expliqué l'avocat de la famille, Lawrence Greenspon.

Les membres de la famille espèrent que la poursuite civile servira à des changements pour l'avenir.

Lawrence Greenspon, avocat de la famille d'Abdirahman Abdi

Elle allègue également que le chef Charles Bordeleau ne s'est pas assuré que les deux policiers soient « bien formés » et que la Commission des services policiers d'Ottawa n'a pas résolu certains « problèmes systémiques ».

Pour l'instant, la Ville d'Ottawa a préféré ne pas commenter cette affaire, puisqu'elle est devant les tribunaux.

Une veillée à la mémoire d'Abdirahman Abdi

La coalition Justice pour Abdirahman accueille favorablement la poursuite judiciaire, estimant qu'elle pourrait réconforter la famille Abdi. « Si la poursuite peut aider la famille, je la supporte à 100 % », a déclaré Kimalee Philip, membre de la coalition.

Une veillée aux flambeaux, organisée par la coalition, a eu lieu mardi à 19 h au parc Somerset Square, près du lieu où l'incident mortel s'est déroulé le 24 juillet 2016.

La coalition Justice pour Abdirahman a annoncé la création d'une bourse de 2500 $ au profit d'un étudiant de niveau postsecondaire engagé dans le domaine de la justice sociale.

Le groupe a aussi dénoncé les délais judiciaires dans le procès du policier Daniel Montsion, accusé d’homicide involontaire, d’agression armée et de voies de fait graves, à la suite d'une enquête de l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario. Le procès de Daniel Montsion devrait s'ouvrir au printemps 2019.

Demande de réformes institutionnelles

La coalition demande plusieurs réformes relatives à la surveillance de la police.

Elle souhaite notamment que les policiers faisant l'objet d'accusations ne perçoivent pas leur paie, s'ils sont sous enquête relativement à des incidents portant sur les membres du public.

« Il y a eu peu de changements institutionnels au cours des dernières années », soutient Kimalee Philip.

La fin tragique d'Abdirahman Abdi avait suscité de vives réactions, notamment dans la communauté somalienne.

La Bourse Abdirahman Abdi

Une bourse d'études créée à la mémoire Abdirahman Abdi a été mise sur pied par le groupe de défense des droits qui porte son nom.

La bourse sera donnée à un membre de la communauté noire qui est engagé dans la lutte pour la justice sociale.

La Bourse d'études Abdirahman Abdi sera offerte pour la première fois l'an prochain. Elle accordera 2500 dollars à un lauréat de la région pour l'aider à poursuivre des études postsecondaires.

Ottawa-Gatineau

Justice et faits divers