•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mesures de son provenant du parc Jean-Drapeau disponibles en ligne

Le projet d'amphithéâtre extérieur au parc Jean-Drapeau.

La construction de ce nouvel amphithéâtre extérieur au parc Jean-Drapeau a été au cœur du conflit entre Montréal et Saint-Lambert.

Photo : Société du parc Jean-Drapeau

Radio-Canada

Montréal et Saint-Lambert font un pas dans la même direction pour régler le litige qui les oppose depuis déjà quelques années à propos du bruit émanant des événements musicaux au parc Jean-Drapeau : les deux municipalités lancent un site web qui permettra de diffuser en temps réel les mesures provenant des îles Sainte-Hélène et Notre-Dame.

La diffusion publique de ces données permettra de « collecter et analyser les mesures de son afin de trouver, à terme, des solutions pour mieux gérer le bruit et ses impacts », ont-elles indiqué par voie de communiqué.

Accessible via les sites web de Saint-Lambert et de l’arrondissement de Ville-Marie, ce site web permettra de répertorier les données provenant de trois sonomètres et d’une station météo qui ont été installés en juillet, à la suite d’un accord trouvé entre les élus des deux villes.

Ces capteurs ont été placés au niveau des espaces dédiés aux spectacles, dans le parc Jean-Drapeau, mais aussi à proximité d’Habitat 67 et aux limites des propriétés résidentielles du vieux Saint-Lambert.

Ces données, précise-t-on, prendront en compte le bruit ambiant, la circulation automobile, mais aussi la force des vents.

Avec l’analyse de ces résultats, les deux villes, de concert avec la Société du parc Jean-Drapeau, comptent « proposer des pistes de solution pour une gestion du bruit améliorée » dès 2019.

Une carte avec le parc Jean-Drapeau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sur ce site internet, il est possible de connaître en temps réel le niveau sonore à trois endroits différents.

Photo : Capture d'écran

« Main dans la main »

En mars, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, avaient convenu de régler ce litige qui perdure depuis 2014. Saint-Lambert avait alors déjà dépensé près d’un million de dollars en frais d’avocats pour ce dossier. Les procédures judiciaires ont été suspendues depuis. Un comité de travail avait par ailleurs été annoncé en marge de cette rencontre.

Deux mois plus tard, les deux municipalités se sont entendues pour imposer une limite maximale de volume sonore aux concerts dès l'été 2019.

La Ville de Montréal n'a pas voulu fixer de limite de bruit à partir de cet été, car les contrats avec les artistes sont déjà signés.

Pour atteindre un niveau sonore de 60 décibels aux résidences de Saint-Lambert, par exemple, il faudrait que les artistes se limitent à 95 décibels sur les lieux du spectacle.

Montréal doit composer avec le fait que certaines vedettes internationales ont des exigences en matière de niveaux de décibels, qui sont inscrites dans leurs contrats. Par exemple, U2 et Madonna réclament 102 décibels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale