•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Venezuela se dirige vers une inflation de 1 000 000 %, prévient le FMI

La crise économique continue de prendre de l'importance au Venezuela, pays déjà exsangue.

Photo : Reuters / Carlos Garcia Rawlins

Radio-Canada

Le taux d'inflation de l'économie du Venezuela devrait atteindre 1 000 000 % en 2018, a mis en garde lundi le Fonds monétaire international (FMI), dans une note d'information. Cela pousserait le pays dans l'une des pires crises d'hyperinflation de l'histoire moderne.

L'économie de ce pays d'Amérique du Sud poursuit sa désintégration depuis que la chute des prix du pétrole, en 2014, a privé l'État des moyens permettant de maintenir un système socialiste de subventions et de contrôles des prix.

« Nous prédisons une très forte hausse de l'inflation, jusqu'à 1 000 000 % d'ici la fin de 2018, ce qui ferait en sorte que la situation au Venezuela serait similaire à celle de l'Allemagne en 1923 ou du Zimbabwe à la fin des années 2000 », a écrit Alejandro Werner, directeur du département du FMI pour l'hémisphère occidental, dans un billet de blogue publié sur le site Internet de l'agence.

Les prix des produits de consommation ont bondi de 46 305 % cette année, selon le Parlement dirigé par l'opposition, qui a commencé à présenter ses propres données sur l'inflation en 2017, puisque la Banque centrale a cessé de publier des statistiques économiques de base.

Mauvaise gestion, dit l'opposition

Pour le président vénézuélien Nicolas Maduro, le pays est victime d'une « guerre économique » menée par des compagnies opposées au gouvernement, avec l'appui de Washington.

Son gouvernement rejette régulièrement les données et les avis du FMI, présentant le Fonds comme un pion de Washington qui privilégie les intérêts des riches financiers avant ceux des nations en développement.

Selon l'opposition, les problèmes du Venezuela découlent de mauvaises politiques étatiques, y compris l'utilisation de la « planche à billets » pour accroître le volume de devises en circulation, ainsi qu'un contrôle des monnaies qui empêchent les entreprises d'importer des matériaux bruts et des pièces détachées.

Avec les informations de Reuters

Économie

International