•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travaux du REM débutent à la station Édouard-Montpetit

Le reportage de Mathieu Prost

Les travaux de construction du Réseau électrique métropolitain (REM) ont commencé lundi à la station de métro Édouard-Montpetit, près de l'Université de Montréal. Pendant plusieurs années, les ouvriers creuseront le sol devant le pavillon Marie-Victorin pour aménager une station en profondeur, à proximité du tunnel qui traverse le mont Royal.

Ils devront d'abord déconstruire l'édicule du métro de cette station de la ligne bleue, puis creuser à plus de 70 mètres de profondeur, l'équivalent de 20 étages, pour rejoindre le tunnel ferroviaire situé sous la montagne, où circulent actuellement des trains de banlieue.

Pour ce faire, les équipes de construction devront utiliser des moyens conséquents. Pour enlever 30 000 mètres cubes de roche, le forage se fera à l'explosif dès la fin septembre, avec environ deux détonations par jour pendant la période des travaux.

« Évidemment, quand on parle de sautage, il y a un bruit que nous devons mitiger, et il y a aussi toute la question de la poussière », reconnaît Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra, la branche de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) créée pour gérer des projets d'infrastructures, dont le REM.

Des brumisateurs seront installés pour rabattre la poussière dégagée par les travaux, tandis que des écrans bloqueront les éclats et le bruit.

Des mesures ont aussi été prévues pour faciliter la circulation des nombreux camions qui évacueront les débris.

Aucune voie de circulation n'a été retranchée, puisque les travaux s'effectuent principalement sur les terrains de l'Université de Montréal. Cependant, le trottoir et la piste cyclable se trouvant à proximité ont été fermés.

L'Université de Montréal prévoit informer régulièrement les étudiants de l'avancement des travaux, d'autant plus que les cohortes se succéderont chaque trimestre. Environ 2000 étudiants circulent dans les environs chaque jour.

Une fois terminée, cette station de train sera la deuxième d'Amérique du Nord pour ce qui est de la profondeur.

« On vient un peu boucler la boucle », estime M. Lacroix, lors d'une entrevue à Gravel le matin, sur les ondes d'ICI Première.

En effet, les plans initiaux du métro comprenaient une ligne passant sous le mont Royal. Si le tunnel ferroviaire existe depuis un siècle, aucune voiture de métro n'y a jamais circulé.

C'est un grand défi : il y a beaucoup de bâtiments dans les environs.

Jean-Vincent Lacroix, porte-parole du REM

M. Lacroix parle ici des pavillons de l'université, mais aussi des résidences et des commerces situés à proximité.

Pour franchir rapidement les 70 mètres séparant l'entrée de la station des voies, des ascenseurs spéciaux parcourront cette distance en à peine 20 secondes.

La station du REM à Édouard-Montpetit doit ouvrir ses portes en 2022, et permettra à terme de relier le quartier au centre-ville en trois minutes.

Des passants traversant la rue à une intersection.L'intersection des rues Sainte-Catherine et McGill College, très achalandée, sera perturbée par d'importants travaux liés à la construction d'une station du REM. Photo : Radio-Canada

Le centre-ville en chantier

Outre le chantier près de l'Université de Montréal, le centre-ville de la métropole fera lui aussi l'objet de travaux complexes : pour construire la station située près du métro McGill, il faudra éventrer une partie de l'avenue McGill College, en prenant garde aux nombreuses structures souterraines du quartier.

« Dès cet automne, on va devoir fermer McGill College à la circulation, mais pas pour les stationnements. De toute façon, à terme, on ne croit pas qu'il y aura beaucoup de voitures qui circuleront sur McGill College, puisque la Ville [de Montréal] a annoncé un beau projet pour que cela devienne un accès piétonnier », poursuit Jean-Vincent Lacroix.

Le porte-parole reconnaît d'ailleurs que les travaux du REM entraînent des inconvénients « extrêmement difficiles » pour les utilisateurs du train de banlieue, plus particulièrement pour les usagers de la ligne circulant sous le mont Royal.

M. Lacroix soutient que des mesures sont mises en place pour limiter le plus possible les impacts des travaux.

Avec les informations de Mathieu Prost et de Louis de Belleval

Grand Montréal

Industrie de la construction