•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quarantaine de vélos électriques dans les rues de Montréal vers la mi-août

Une femme roule sur un Bixi.

Il sera bientôt possible d'emprunter un vélo électrique dans les rues de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Les rues montréalaises accueilleront dans quelques semaines une quarantaine de vélos électriques. Ce projet pilote, dirigé par Bixi, devrait ensuite déboucher sur un appel d'offres afin d'étendre ce service dans la métropole.

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre)

Ces vélos à assistance électrique (VAE), qui pourront être utilisés sur les pistes cyclables, seront munis d’une pile. Ils auront une autonomie d’environ 65 km et leur pile sera changée quotidiennement par les employés de Bixi, explique l’organisme.

On pourra emprunter les VAE de la même façon que les bixis classiques. Les tarifs seront identiques et les usagers pourront trouver et déposer aléatoirement ces vélos dans n’importe quelle station.

Leur vitesse sera limitée à 25 km/h, bien que la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) autorise une vitesse maximale de 32 km/h.

Les nouveaux vélos électriques BixiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les nouveaux vélos électriques Bixi

Photo : Bixi

Un deuxième projet à Saint-Laurent

Outre ce premier projet, Bixi testera sur un circuit fermé une tout autre technologie : dans l’arrondissement de Saint-Laurent, des volontaires pourront utiliser une vingtaine de VAE dans des stations complètement électriques, adaptées uniquement à ces vélos.

Ces derniers se rechargeront directement aux bornes d’entreposage.

L’idée, explique Bixi, est de trouver la technologie la mieux adaptée à Montréal avant de lancer un appel d’offres – a priori l’an prochain – dans le but d’étendre ce service.

« On veut être certain que, lorsqu’on l’implantera, ce système sera le plus optimal possible, souligne Pierre Parent, directeur des communications de Bixi. Seules quelques villes ont commencé à implanter des vélos électriques. Il est difficile d’avoir des comparatifs et des résultats. »

Ne pas imiter Paris

Bixi souhaite notamment éviter « le désastre » qu’a récemment connu la ville de Paris. Le lancement d’un nouveau vélo en libre-service a été décrié par les utilisateurs, qui dénonçaient un nombre insuffisant de stations, mais aussi de multiples bogues.

« C’est pour ça que nous, on veut tester deux systèmes », précise Pierre Parent, en notant que ces projets pilotes s'arrêteront le 15 novembre, soit à la fin de la saison Bixi.

Un rapport sera ensuite réalisé; « on va évaluer toutes les données », ajoute M. Parent.

Des tests à Laval

Montréal ne sera pas la première ville au Québec à tester les VAE.

Depuis cet été, 40 vélos électriques en libre-service sont déjà offerts à Laval. On les trouve aux stations de métro Cartier, de la Concorde et Montmorency, ainsi qu’au terminus d'autobus Le Carrefour.

Une rangée de vélos fixés à leur borne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Laval est la première ville canadienne à offrir les vélos de Bewegen Technologies, qui sont déjà disponibles en Europe et aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada

Si le vélo électrique ne nécessite pas d’immatriculation – contrairement au scooter –, le Code de la sécurité routière prévoit toutefois un certain nombre de dispositions particulières. Le port du casque, par exemple, est obligatoire. En cas d'absence, des amendes de 60 $ à 100 $ sont prévues.

De plus, seules les personnes âgées d’au moins 14 ans peuvent conduire un vélo électrique. Et contrairement à leurs aînés, les jeunes de 14 à 17 ans doivent obtenir un permis de classe 6D, soit le même document que pour conduire un scooter.

Grand Montréal

Transports