•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 35 ans, le planeur de Gimli atterrissait d'urgence au Manitoba

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un avion Boeing 767 d'Air Canada atterrit en sécurité sur une piste d'atterrissage à Gimli au Manitoba alors qu'il est en panne sèche

Le 23 juillet 1983, un Boeing 767 d'Air Canada transportant 61 passagers a atterrit en sécurité sur une piste d'atterrissage à Gimli au Manitoba.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un moment fort de l'aviation canadienne, qui aurait pu être un moment sombre, a eu lieu, il y a 35 ans, à Gimli, au Manitoba. Une erreur de calcul sur la quantité de carburant à transporter est à l'origine du problème, ce qui a entraîné d'importants changements dans les façons de faire de l'industrie de l'aviation au pays.

Le 23 juillet 1983, un Boeing 767 d'Air Canada en provenance de Montréal et à destination d'Edmonton manque de carburant en plein vol et doit trouver une piste d'atterrissage, alors qu'il survole le Manitoba. Cette erreur a été causée notamment par le passage, alors récent, du système impérial au système métrique.

L'équipe de pilotage se trouve donc en situation d'urgence à la recherche d'une piste capable d'accueillir l'appareil imposant. C'est finalement une piste désaffectée de la base militaire de Gimli qui est choisie en raison de la distance qui sépare l'appareil de Winnipeg.

L'appareil, piloté par le commandant de bord Bob Pearson et le copilote Maurice Quintal, plane et effectue un atterrissage forcé sans moteur, acquérant ainsi son surnom de « planeur de Gimli ». Heureusement, personne n'a été blessé lors de l'atterrissage, qui reste à ce jour une manoeuvre complexe particulièrement bien réussie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !