•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation devant la Cour suprême de la C.-B. pour appuyer des opposants au site C

Une femme se tient devant un micro. Derrière elle, une vingtaine de personnes tiennent des banderoles exigeant l'arrêt des travaux du site C.

Des manifestants étaient présents lundi matin pour appuyer les membres de la Première Nation West Moberly, qui demandent une injonction interlocutoire pour arrêter les travaux de construction du barrage du site C.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des manifestants se sont rassemblés devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique, à Vancouver, pour appuyer la Première Nation de West Moberly, qui tente d'obtenir du tribunal une injonction interlocutoire qui aurait pour effet d'arrêter la construction du barrage du site C, en attendant le résultat d'une poursuite qu'ils ont intentée en janvier dernier contre BC Hydro, le gouvernement de la Colombie-Britannique et le procureur général du Canada.

Dans leurs avis de poursuite civile, déposés le 15 janvier, les Premières Nations de West Moberly et de Prophet River affirment que le projet enfreint leurs droits issus de traités, plus précisément de l'accord du Traité numéro 8 conclu en 1899, ainsi que ceux issus de la Constitution canadienne.

Une injonction interlocutoire aurait pour effet d'arrêter les travaux de construction du barrage du site C pendant la durée du procès, qui pourrait s’étirer sur environ un an et demi.

« La construction du site C n’a pas dépassé le point de non-retour, affirme la Première Nation de West Moberly dans sa demande d’injonction. Mais il y a un risque, s’il n’est pas donné suite à la demande maintenant, que West Moberly soit laissée sans réparation pour la violation de ses droits issus de traités. Les Premières Nations n’ont pas conclu de traités avec la Couronne pour obtenir une compensation une fois que leur mode vie est détruit, mais pour assurer une protection de ce mode de vie. »

Une partie des procédures sera transmise en ligne pour permettre aux membres de la Première Nation, située près de la rivière de la Paix, dans le nord-est de la province, de participer aux audiences.

Un projet déjà contesté devant les tribunaux

La Cour d'appel fédérale a auparavant rejeté une poursuite intentée par les deux Premières Nations qui cherchaient à empêcher la construction du barrage, mais n'a pas statué sur la question de savoir si la construction violait l'accord du Traité numéro 8 de 1899.

Les deux Premières Nations croient que la construction du barrage constitue une violation évaluée à 1 milliard de dollars. Le montant est basé sur celui accordé aux Cris et aux Inuits du nord du Québec après leur comparution devant les tribunaux pour arrêter la construction du projet de la baie James dans les années 1970.

En décembre, le premier ministre John Horgan a annoncé que son gouvernement néo-démocrate finira le projet amorcé par le gouvernement libéral précédent. Le gouvernement estime que le barrage coûtera environ 10 milliards de dollars.

Selon BC Hydro, le projet devrait être terminé d'ici 2024.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique autochtone