•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque à l'acide : trois nouveaux suspects arrêtés au Royaume-Uni

Une voiture de police stationnée, sur la portière il est inscrit: « west mercia police ».
La police de West Mercia a arrêté quatre individus en lien avec cette agression. Photo: Getty Images / Matt Cardy
Radio-Canada

La police de West Mercia a arrêté trois nouveaux suspects soupçonnés d'avoir conspiré pour commettre une attaque à l'acide contre un enfant de trois ans à Worcester, au Royaume-Uni.

La police de West Mercia a indiqué lundi que trois hommes – âgés de 22, 25 et 26 ans – ont été arrêtés et qu'ils sont soupçonnés de conspiration pour commettre des voies de fait graves causant des lésions corporelles.

Les suspects sont présentement interrogés à Londres. Les motifs de l'attaque demeurent nébuleux.

Un homme de 39 ans a été arrêté dans les heures qui ont suivi l’agression. Ce dernier est toujours détenu par la police. Les quatre individus n’ont toujours pas été identifiés ou inculpés.

L’attaque est survenue dans un centre commercial samedi après-midi dans la ville de Worcester, dans le sud du Royaume-Uni. L’enfant se trouvait dans une poussette avec ses parents lorsqu’il a été aspergé « d’acide ou d’une substance corrosive », a indiqué la police, selon le réseau national britannique BBC.

Des blessures graves

Le petit garçon, qui été la cible d'une « attaque délibérée », souffre de graves blessures au visage et à un bras. Il a été hospitalisé.

La victime a obtenu son congé de l’hôpital dimanche après-midi, mais les séquelles qu’elle conservera à long terme demeurent inconnues. Quant à sa famille, elle reçoit tout le soutien possible tant sur le plan médical que policier, selon les forces de l’ordre.

Les autorités britanniques ont constaté une augmentation du nombre d’attaques à l’acide au cours des dernières années.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé en avril dernier qu'il entendait durcir la législation, en faisant de la détention des substances corrosives dans un lieu public une infraction pénale, et en interdisant la vente de ces substances aux mineurs.

Avec les informations de Associated Press

Europe

International