•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jacynthe René défend ses produits de beauté

la comédienne porte une robe sans manches noire et a de longs cheveux.

Jacynthe René sur le plateau de l'émission Le beau dimanche.

Photo : Radio-Canada / Karine Dufour

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Invitée de l'émission Le beau dimanche, Jacynthe René est revenue sur la mise en garde de l'Ordre des chimistes du Québec contre l'exercice illégal de la chimie pour les produits vendus par Maison Jacynthe.

« Quand j’ai reçu le courriel de l’Ordre des chimistes, d’abord j’ai découvert qu’il y avait un tel ordre au Québec, je ne le savais pas, a expliqué Jacynthe René. [...] Je leur ai tout de suite répondu que je ne faisais que distribuer des produits, que je ne les fabriquais pas et que j’allais mettre au courant le fabricant, ce que j’ai fait. On a ensuite engagé une chimiste, qui travaille désormais avec nous depuis plusieurs semaines. »

Jacynthe René affirme que son entreprise de bien-être Maison Jacynthe, fondée avec son conjoint il y a quatre ans, est désormais en règle.

Les formules de nos produits restent les mêmes, elles sont conformes. Il fallait simplement le sceau d’un chimiste de l’ordre.

Une citation de : Jacynthe René

Elle souligne néanmoins que l’approbation d’un produit par un chimiste ne certifie pas qu’il est forcément sain, rappelant que les chimistes travaillent dans toutes sortes de domaines, y compris l’industrie du tabac.

La semaine dernière, La Presse révélait que l’Ordre des chimistes demandait formellement à Maison Jacynthe de travailler avec un chimiste professionnel sous peine de poursuites pénales. L’ordre avertissait l’entreprise que quiconque n’étant pas membre de l’Ordre exerçait la chimie professionnelle s’exposait à des amendes.

« Je n'ai jamais trahi leur confiance »

Jacynthe René assure que les controverses ne nuisent pas à son entreprise. « Ceux qui me suivent sont censés et ils me font confiance, et je n’ai jamais trahi leur confiance. Je ne vends pas des choses pour vendre des choses. »

Suivie par près de 100 000 personnes sur Facebook, l’actrice se défend d’être devenue un maître à penser, même si elle est consciente de sa responsabilité. « Je suis une rassembleuse et j’aime avant tout communiquer. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !