•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Toronto : « La ville a un problème d'armes à feu », dit le maire

Les explications de Claudine Brûlé

La nouvelle fusillade meurtrière à Toronto a non seulement secoué les résidents du quartier, mais aussi le monde politique. Le maire de Toronto a d'ailleurs reconnu que la ville avait un problème d'armes à feu. John Tory a promis de travailler « sans relâche » pour comprendre les causes de cette tragédie.

Je l'ai déjà dit : les armes à feu sont un problème à Toronto et sont trop facilement accessibles, a déclaré le maire à l'hôtel de ville lundi matin. Trop de gens ont des armes à feu dans cette ville, des gens qui ne devraient pas en posséder.

La violence armée, peu importe l'endroit dans la ville, est horrible et complètement inacceptable.

John Tory, maire de Toronto

La réunion du conseil municipal qui devait avoir lieu en matinée a été repoussée à 14 h, par respect pour les victimes et leur famille.

Une rencontre a eu lieu en fin de journée entre le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, le ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, et le maire de Toronto, John Tory.

M. Ford a indiqué que les trois paliers de gouvernement ont discuté de plusieurs sujets, dont la santé mentale et le contrôle des armes à feu.

Dans un communiqué conjoint, les élus indiquent vouloir s'attaquer au problème d'arme à feu.

La famille du suspect, Faisal Hussein, a indiqué que le présumé tireur était atteint de dépressions.

Un policier en uniforme soulève un ruban, qui sert à fermer un secteur lorsque les policiers érigent un périmètre de sécurité. La photographie a été prise le soir, car il fait sombre et seuls les néons et lampadaires illuminent la scène. Une fusillade mortelle est survenue le 22 juillet 2018. Un tireur a ouvert le feu dans une avenue achalandée du quartier grec. Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Minute de silence à Queen's Park

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a pris la parole en Chambre pour rappeler les faits de la soirée, ajoutant qu'il continuerait de suivre la situation de près. Avant son discours, une minute de silence a été observée à Queen's Park pour les victimes de la fusillade.

Nous avons toujours cru que Toronto était une ville sécuritaire. Aujourd'hui, pour trop de gens, cette confiance est ébranlée.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

M. Ford a promis de travailler avec les autorités municipales et fédérales afin d'identifier, d'arrêter et de condamner ceux qui commettent ou planifient de commettre des actes de violence. Il a également lancé un appel aux témoins potentiels et a demandé aux Torontois qui verraient des activités suspectes de les signaler aux autorités.

Cette tragédie nous rappelle que le statu quo n'est pas suffisant. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour amener les criminels devant la justice tout en prévenant d'autres fusillades, a-t-il déclaré.

Depuis le début de l'année, il y a eu plus de 220 fusillades à Toronto, qui ont fait au moins 27 morts.

Andrea Horwath à l'Assemblée législative de l'Ontario, le 23 juillet 2018.Andrea Horwath, la chef de l'opposition officielle à Queen's Park, le 23 juillet 2018. Photo : Assemblée législative de l'Ontario

La chef du NPD ontarien, Andrea Horwath, envoie ses pensées aux victimes et à leur famille et salue le travail des premiers répondants, des ambulanciers, des policiers et du personnel hospitalier. « Nous vivons dans une province où la violence ne sera jamais tolérée. Cette tragédie ne reflète pas Toronto et n'est pas caractéristique de notre province », a-t-elle déclaré en Chambre.

Danforth est un quartier vibrant, uni par la diversité et la compréhension. Je sais que les familles vont s'entraider, se soutenir et se reconstruire après cet horrible événement. L'Ontario va être auprès d'eux, à chacune des étapes.

Andrea Horwath

Réactions des politiciens partout au pays

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a transmis ses condoléances dans un message sur son compte Twitter.

Mes pensées accompagnent les personnes touchées par la tragédie qui a eu lieu la nuit dernière sur l'avenue Danforth. Je souhaite un prompt rétablissement aux personnes blessées. Les Torontois sont forts, résilients et courageux, et nous les appuierons en cette période difficile.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

De son côté, le chef du NPD à Ottawa, Jagmeet Singh, a écrit que son « coeur saigne pour Toronto ».

« Je suis atterré par les nouvelles qui arrivent de Danforth, a-t-il ajouté. Nos coeurs se tournent vers les personnes touchées par cette terrible fusillade et vers tous les premiers répondants après cette violence tragique. »

Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, a aussi remercié les premiers répondants, parlant d'une nuit tragique.

Plusieurs politiciens québécois se sont dits solidaires de leurs collègues ontariens ainsi que des victimes.

« Une terrible attaque est survenue hier soir à Toronto; un geste de violence que nous devons ensemble condamner et dénoncer, a notamment tweeté le premier ministre Philippe Couillard. Mes pensées vont aux victimes, aux blessés et à leurs proches. Nous sommes de tout coeur avec les Torontoises et les Torontois, nos amis et nos voisins. »

Le député provincial du quartier Toronto-Danforth, Peter Tabuns, a exprimé ses condoléances par voie de communiqué. « Aujourd'hui, ma communauté lutte pour tenter de donner un sens à cette inexplicable violence qui frappe à nos portes. Danforth est notre maison. Je sais qu'il y a ici une communauté forte, attentionnée et qui restera soudée et nous guérirons ensemble », écrit-il.

Justice et faits divers