•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Toronto : une première victime identifiée

Reese Fallon est la première victime de la fusillade mortelle dans le quartier grec à être identifier.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Une jeune femme de 18 ans et une fillette de 10 ans ont été tuées dans la fusillade survenue dimanche soir à Toronto. Treize autres personnes ont été blessées dans ce dernier épisode de violence à secouer la Ville Reine.

Les autorités ont identifié lundi en début d'après-midi une première victime. Il s'agit de Reese Fallon, une étudiante de 18 ans, originaire de Toronto. Le nom de cette victime a été confirmé par le député fédéral de la circonscription de Beaches-East York, Nathaniel Erskine-Smith.

En fin d'après-midi, les policiers ont également identifé l'auteur de cette fusillade. Il se nomme Faisal Hussain, 29 ans. Ce dernier est mort après un échange de tirs avec les policiers.

Lors d'un point de presse en début d'après-midi, la police de Toronto a rapporté que 16 personnes, dont le tireur, ont été atteintes par balles. Les 13 blessés sont six femmes et sept hommes, âgés de 10 à 59 ans.

Ils ont été amenés aux hôpitaux du coin. Parmi les cinq personnes conduites à St. Michaels, trois patients ont subi une opération d'urgence, affirme la Dre Najma Ahmed, directrice médicale de l'unité de traumatologie.

Je demande à la communauté de prier pour toutes les personnes qui ont été blessées et leur famille , dit-elle.

L'Hôpital Michael Garron a accueilli sept personnes qui présentaient différentes blessures, selon le chef des services d'urgence, le Dr Paul Hannam. Deux d'entre elles étaient blessées par balles et cinq ont reçu leur congé de l'hôpital, dit-il.

« Tous les policiers se portent bien », a mentionné le chef de la police de Toronto, Mark Saunders.

Le tireur a ouvert le feu vers 22 h dimanche soir dans une avenue achalandée du quartier grec. Un échange de coups de feu a suivi entre les policiers et le tireur, qui est mort sur place.

Une arme a été récupérée par les autorités, mais le type de cette dernière n'a pas été précisé.

M. Saunders n'a pas précisé si l'assaillant s'est enlevé la vie ou s'il est mort sous les balles des policiers.

Nous allons faire tout ce qu’il faut pour restaurer un sentiment de sécurité dans la ville.

Mark Saunders

Le tireur souffrait de problèmes de santé mentale, selon sa famille

Le suspect marchant dans la rueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le suspect n'a toujours pas été identifié.

Photo : Radio-Canada

Par voie de communiqué, la famille de Faisal Hussain a raconté que ce dernier souffrait de problèmes de santé mentale.

Notre fils a eu des problèmes de santé mentale tout au long de sa vie. Les interventions des professionnels ont été infructueuses. Les médicaments et la thérapie n'ont pas permis de le soigner. Alors que nous avons fait de notre mieux pour chercher de l'aide tout au long de sa vie, nous n'aurions jamais pu imaginer que sa fin serait dévastatrice et destructrice.

La famille de Faisal Hussain
Des policiers en uniforme regardent droit devant eux, l'air penseur, alors qu'une femme aux cheveux courts pleure près d'eux. La photographie a été prise le soir ou la nuit, puisqu'il fait sombre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des policiers de Toronto observent la rue Danforth après la fusillade mortelle qui est survenue dans le quartier Riverdale.

Photo : Getty Images / AFP/Cole Burston

Pour l'heure, les policiers n'ont pas dévoilé le motif. « Il faudrait le lui demander [au suspect], et celui-ci est mort », a déclaré M. Saunders. Aucune hypothèse n'a été écartée, a-t-il ajouté. Il est encore trop tôt pour établir s'il s'agit d'un acte terroriste.

Les autorités demandent par ailleurs l'aide de la population pour tenter de comprendre ce qui s'est produit dans ce quartier habituellement paisible.

La police de Toronto a confié l'enquête à l'unité des homicides.

« Une scène terrible »

Selon les informations rapportées par la police de Toronto, le tireur circulait sur les trottoirs et tirait au hasard vers l'intérieur des restaurants et des bars se trouvant dans l'avenue Danforth, très achalandée en soirée.

Des témoins ont rapporté avoir entendu jusqu'à 25 coups de feu et avoir vu des corps inanimés sur le sol.

Les services d'urgence se sont rendus rapidement sur les lieux, à l'intersection des avenues Danforth et Logan, vers 22 h.

Les policiers enquêtent sur les lieux de la fusillade.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les policiers enquêtent sur les lieux de la fusillade.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

« Nous avons commencé à entendre des personnes hurler », a raconté à CBC Jody Steinhauer, qui se trouvait avec sa famille au restaurant Christina, dans l’avenue Danforth, lorsqu’elle a entendu une série de tirs.

« Je croyais d’abord que c’était des feux d’artifice », a pour sa part expliqué John Tulloch, qui sortait de son véhicule au moment où des gens se sont mis à courir en tous sens dans la rue.

Tanya Wilson est la gérante du studio de tatouage Skin Deep Tattoo, situé dans l'avenue Danforth. Elle était sur le chemin de sa boutique quand elle a entendu les coups de feu. Elle raconte avoir ensuite vu deux personnes blessées se diriger vers son magasin.

Ils avaient été touchés par balles, alors je leur ai fait descendre les escaliers, j'ai mis des gants et j'ai essayé de m'en occuper du mieux que je pouvais. J'ai éteint les lumières et fermé les portes parce que je ne savais pas ce qui se passait [dehors].

Tanya Wilson, gérante du studio Skin Deep Tattoo

De son côté, Carrie Lahey soupait avec son petit ami au restaurant 7Numbers lorsqu'elle a vu un homme tirer sur une femme. « Nous étions assis en terrasse et nous avons entendu des coups de feu, alors nous avons couru vers l'intérieur. Il est entré dans le restaurant et a tiré sur la fille juste en face de moi », dit-elle.

Selon le président de l'Association de la police de Toronto, Mike McCormack, des membres du corps policier ont confié n'avoir jamais rien vu de tel.

C’est une scène terrible, a-t-il déclaré à CBC. Des familles étaient en train de prendre du bon temps sur [l’avenue] Danforth, qui est censée être un lieu sécuritaire, et ceci arrive. C’est absolument accablant.

Depuis le début de l'année, la Ville Reine a été le théâtre de plus de 220 fusillades qui ont fait au moins 29 morts, selon les données de la police de Toronto. Celle-ci a par ailleurs augmenté sa présence dans les rues de la métropole depuis vendredi, avec 200 policiers supplémentaires qui patrouillent dans certains quartiers à risque.

Crimes et délits

Justice et faits divers