•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Municipalité de Pontiac veut revoir son plan de mesures d'urgence

La mairesse de la Municipalité de Pontiac, Joanne Labadie (archives)

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus d'un an après les inondations historiques du printemps 2017, la Municipalité de Pontiac a engagé un consultant pour faire une analyse rétrospective de sa gestion de la crise. Les résidents ont notamment été appelés à répondre à un questionnaire, mais la participation a été anémique.

Les 5850 résidents de la Municipalité avaient jusqu'à vendredi pour remplir le questionnaire, mais seuls 46 l'ont fait.

La mairesse Joanne Labadie espère tout de même que le sondage permettra « d'améliorer [le] plan de protection civile » de la Municipalité, notamment au chapitre de la communication avec les citoyens en temps de crise.

On doit améliorer les communications avec les sinistrés.

Une citation de : Joanne Labadie, mairesse de la Municipalité de Pontiac

Parmi les neuf questions qui figuraient sur le questionnaire anonyme : « Quelles sources d'information avez-vous consultées pour vous renseigner sur l'état de la situation? », « Comment jugez-vous l'intervention de la municipalité et de ses partenaires? » et « Quels ont été vos principaux besoins depuis les inondations? ».

Trop peu trop tard, selon des sinistrés

La mairesse Labadie estime qu'il « n'est jamais trop tard pour tirer des leçons » des inondations du printemps 2017 et soutient que « le timing n'était pas bon » l'an dernier, en raison des élections municipales et des autres inondations qu'a connues la région au printemps.

Or, selon un sinistré, c'est trop peu trop tard.

« Est-ce que c'est vraiment de bonne foi de faire un post-mortem un an et quelque plus tard? », demande Alain Goulet. « Les gens ne s'en rappellent plus, sauf ceux qui étaient fortement sinistrés. »

Alain Goulet donne une entrevue au micro de Radio-Canada devant la rivière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La résidence principale et le chalet d'Alain Goulet ont été endommagés lors des inondations du printemps 2017.

Photo : Radio-Canada

Ève Radakir a une résidence secondaire dans le Pontiac. Elle affirme ne pas avoir été informée de l'existence du sondage.

« C'est la première fois que j'en entends parler », a-t-elle déclaré. « J'aurais pensé qu'ils seraient venus voir tous les résidents pour en parler. »

Ça n'a pas été annoncé de façon adéquate.

Une citation de : Ève Radakir, résidente de Pontiac

Un rapport attendu

Le consultant engagé par la Municipalité, Jean Perras, a déjà travaillé avec Lac-Mégantic à la suite de l'accident ferroviaire de juillet 2013.

Il doit rencontrer plusieurs partenaires de la Municipalité, dont la Croix-Rouge, le ministère de la Sécurité publique, les Forces armées canadiennes et le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

M. Perras déposera son rapport à la fin de l'été. Il sera partagé avec d'autres instances municipales, dont la MRC de Pontiac, la MRC des Collines-de-l'Outaouais et la Ville de Gatineau.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !