•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éducation sexuelle : les jeunes laissés sans protection, selon les manifestants

Un homme donne un discours
Glen Canning, le père de Rehtaeh Parsons Photo: Radio-Canada / CBC News
CBC News

La chef du Nouveau Parti démocratique, Andrea Horwath, et des centaines d'étudiants, de parents et d'enseignants ont manifesté samedi à Toronto pour signifier leur désaccord avec la décision du gouvernement progressiste-conservateur d'enseigner un programme d'éducation sexuelle vieux de 20 ans dès cette année.

Glen Canning, le père de Rehtaeh Parsons - l'adolescente de Halifax décédé en 2013 après des mois d'intimidation et une agression sexuelle présumée - était parmi les manifestants à Queen's Park.

M. Canning a d'ailleurs prononcé un discours lors de la journée de manifestation. Il a déclaré à la foule : « Il n'y a absolument aucun doute dans mon esprit » que si le programme modernisé d'éducation sexuelle de l'Ontario était en place en Nouvelle-Écosse à l'époque où sa fille a été tuée, elle serait peut-être encore en vie.

« Il y a cinq ans, nous avons procédé à l'enterrement de notre fille, à l'âge de 17 ans, parce que quatre garçons à son école secondaire n'ont jamais appris ce que signifie le consentement », a-t-il dit. La GRC d'Halifax n'a pas porté d'accusations d'agression sexuelle dans cette affaire.

Le premier ministre Doug Ford a annoncé la semaine dernière que le programme d'éducation sexuelle enseigné dans les salles de classe cet automne sera la version de 1998 et non le controversé programme qui avait été mis à jour par les libéraux en 2015. M. Ford a qualifié le curriculum modernisé d'« expérience idéologique ratée ».

Une femme parle aux médiasAndrea Horwath était présente à la manifestation Photo : Radio-Canada / CBC News

L'Ontario abandonne les jeunes, selon Mme Horwath

Plusieurs manifestations ont eu lieu depuis la décision de M. Ford.

Mme Horwath, qui s'est prononcée à plusieurs reprises contre le plan des conservateurs, l'a qualifié de « honteux » samedi à la manifestation et a souligné que le programme devait être mis à jour pour couvrir un large éventail de sujets auxquels les jeunes sont confrontés aujourd'hui, par exemple le consentement sexuel, la cyberintimidation et l'identité sexuelle, sujets qui ne sont pas inclus dans l'ancien programme.

« Doug Ford a tout à fait tort de déchirer ce programme et de ramener l'Ontario au siècle précédent », a-t-elle dit aux manifestants.

« Ça va mettre des enfants en danger. Nous devons donner à nos enfants les outils dont ils ont besoin pour rester en sécurité. Ça ne va pas donner à nos jeunes homosexuels le sentiment d'appartenance qu'ils méritent. »

Elle a ajouté que l'ancien programme scolaire échoue à plusieurs niveaux parce qu'il n'a pas été conçu pour s'adapter au paysage numérique en constante évolution, comme les médias sociaux, et l'adoption de nouvelles règles sur le mariage homosexuel en 2005.

Toronto

Politique provinciale